Copyright 2018 - Site by Misterdan

Le sixième dalai-lama de Guo Qiang et Zhao Ze

Lobsang Rinchen vit paisiblement avec ses parents dans un petit village perché en Himalaya. un matin, alors qu'il part retourner les champs accompagné de Gelaï, son petit renard, il fait la connaissance de Makye Ame, la fille du seigneur de Tawang. Une grande amitié naît peu à peu, et le duo devient trio avec l'arrivée de Dédi, la confidente de Makye Ame. Mais pendant ce temps, l'empereur de Chine apprend qu'on lui a caché la mort du 5e dalaï-lama... Les lamas doivent partir à la recherche de la réincarnation du dalaï-lama et vont bientôt se retrouver à Tawang, bousculant le quotidien de nos trois amis...

Tibet 17ème siècle.
Le dalaï-lama gouverne le Tibet et siège à Lhassa, la capitale. Il est le chef spirituel et l’administrateur du pays. A la mort d’un dalaï-lama, c’est un régent, le depa, qui assure l’intérim jusqu’à l’arrivée de son successeur.
Un khan (souverain mongol) détient le titre de roi du Tibet et en est le chef militaire.
Et le grand empire de Chine garde sous contrôle pays et peuples frontaliers.

C’est dans ce contexte que l’auteur nous invite à suivre deux histoires parallèles qui vont se télescoper.
Lobsan Rinchen est un petit garçon qui vit dans un village de l’Himalaya. Enfant de paysan-esclave, il travaille malgré son jeune âge et entretient un lien très fort avec la nature et les animaux. Un jour en allant bêcher, il rencontre une petite fille endormie sous un arbre et il est stupéfait et conquis par sa beauté et sa grâce. C’est Makye Ame, la fille du maître des lieux. Entre les deux enfants commence alors une longue amitié, qui, avec les années va se tranformer en véritable amour, avec la complicité de Dedimentok, la confidente de Makye Ame.
Pendant ce temps l’empereur de Chine a ouï dire que le cinquième dalaï-lama serait mort et il a convoqué le dépa pour connaître la vérité. En fait le décès est effectif et remonte à ... 15 ans, mais a été gardé secret pour des raisons politiques. L’empereur accorde alors neuf mois au dépa pour trouver et investir le nouveau chef spirituel, faute de quoi il interviendra dans les affaires du Tibet.
La recherche commence donc pour trouver celui qui sera la prochaine ré-incarnation du dalaï-lama.

Ce premier tome présente le contexte géographique, politique et religieux du Tibet en cette deuxième moitié du 17ème siècle. Il met aussi en scène les personnages qui vont être au coeur de cette histoire.
Le dessin, particulièrement soigné, parfois assez proche du manga, propose des cases soulignées de noir sur fond blanc (et fond noir quand il y a une évocation du passé), réparties en quantité variable sur les pages, allant même jusqu’à des pleines pages. Les paysages, et les lieux, fourmillent parfois de détails, ou au contraire sont juste évoqués, permettant alors de mettre les protagonistes en avant.
Les différents personnages, enfants et adultes, et les animaux, Gélaï le petit renard de Lobsan ou les ours, sont parfaitement dessinés, avec un superbe rendu des expressions.
L’album lui-même est superbe avec une très belle couverture toilée et un beau papier intérieur.
Mais ce qui attire vraiment l’attention c’est la magnifique mise en couleurs qui exploite toutes les nuances pour souligner l’histoire. Les cases sont peintes, à l’aquarelle, à la gouache, à l’encre de chine, et le résultat est fabuleux !

La fin du tome nous laisse évidemment sur notre faim, et c’est avec impatience qu’on attend l’arrivée des deux autres tomes de cette trilogie.

Editeur : Editions Fei – Scénario : Guo Qiang - Dessin : Zhao Ze – Traduction du chinois : Nicolas Henry et Si Mo - Date de parution : 19 aout 2016 – 112 pages - Prix : 19 €

f t g m