Copyright 2018 - Site by Misterdan

Dead Body Road de Justin Jordan, Matteo Scalera et Moreno Dinisio

Du pur polar qui tache entre Banshee et les films de Tarantino ! Un nouveau récit noir et ultra violent par le scénariste de Luther Strode et le dessinateur de Black Science !
Orson Gage a une mission : assassiner tous ceux, sans exception, qui sont impliqués dans la mort de sa femme. Sa route le mène tout droit en Enfer. Mais Orson Gage s’en fout. Il n’a plus rien à perdre. Entre courses de voitures, meurtres, fusillades et action non-stop, rien ne l’arrêtera dans sa quête de vengeance ultime.

Orson Gage est un ancien policier crapuleux qui a décidé de se ranger et s’est fait virer de la police avec son coéquipier. Alors qu’il espérait enfin vivre heureux avec sa femme, celle-ci se fait tuer lors d’une attaque de banque. Cela plongera Orson dans la dépression et dans une traque mortelle pour tuer les braqueurs. Il se retrouvera à aider la femme de l’un d’eux qui avait pris la fuite après la mort d’Anna et avec son ancien coéquipier, qui lui en veut à mort et qui l’aidera ou le précipitera dans sa fin.

Cette BD m’a laissée quelque peu indifférente. J’ai identifié les moments sensibles où le scénariste souhaitait jouer sur notre émotion, mais ça m’a laissé froide. Pourtant, je suis plutôt du genre très émotive, surtout lorsque ça touche au triste, mais là rien.
Malgré tout, cela n’enlève rien aux talents des auteurs. C’est une véritable descente aux enfers qui est menée avec brio dans ces planches sombres et les évènements s’enchaînent rapidement. Les trois personnages principaux s’entraident, plus par nécessité que par réelle envie, surtout pour les deux anciens coéquipiers, qui se détestent. Les personnages principaux ne sont pas des héros, ils ont même une part d’ombre plus importante que leur part de lumière, mais ont chacun un but. Pour Orson, c’est tuer les assassins de sa femme, quoi qu’il lui en coûte, pour son coéquipier, c’est la recherche d’adrénaline et un peu l’appât du gain, et la fille, Rachel, c’est changer de vie et avoir la chance de faire de bonnes choses avec l’argent tiré du braquage. Pour arriver à leur fin, ils vont traquer, trouver et tuer chacun des membres restant du braquage. Les épisodes de déferlement de violence se succèdent avec ceux de réflexion et de discussion, jusqu’au dénouement final, peu surprenant, mais étonnamment aussi noir que toute la BD.
Du côté du dessin et de la colorisation, on est sur des planches très sombres avec le choix d’un fond noir entre les cases. Ces dernières sont tout en longueur et très fines, ce qui donne une impression très particulière, mais adaptée à la BD. Cependant, ce format rend difficile la séparation entre deux planches, surtout qu’il arrive qu’elle soit inexistante, les cases continuant sur la deuxième. Malgré tout, cela sert totalement le scénario et la rapidité de l’action.
Je pense que c’est cette rapidité d’action et ce peu de temps où on apprend à connaître les personnages qui m’ont empêchée de m’attacher aux personnages et d’être réceptive à l’œuvre.

Même si je n’ai pas accroché, l’œuvre est bien menée et le dessin offre un parfait support au scénario.

Editeur : Delcourt comics – Collection : Contrebande – Scénario : Justin Jordan – Dessin : Matteo Scalera – Couleur : Moreno Dinisio – Date de parution : 2 novembre 2016 – 144 pages – Prix : 15,95 €

f t g m

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données