Copyright 2018 - Site by Misterdan

Badass, Kitty Kitty kill kill de Erik Hanna et Julien Motteler

Dans un musée d’histoire naturelle de Los Angeles, l’inauguration d’une exposition est troublée par Amadeus Kitty, venue dérober un ancien grimoire, supposément maudit et magique. L’arrivée des New Masters of Crime n’arrange rien. Eux aussi convoitent le livre, à l’instar de Jack Parks, alias Dead-End. Le musée est bientôt en proie au chaos et Kitty voit ses chances de succès chuter en flèche. A moins que le grimoire n’ait aussi son mot à dire…

Exceptionnel : le nouveau personnage du tome 6 de la série Badass est une fille… une charmante voleuse qui a un tatouage en forme de tête de chat sur la hanche et qui se surnomme « Amadeus Kitty » car son arme de prédilection est le violon, ou « Kitty Kitty » car elle a un masque qui lui fait des oreilles et des moustaches de chat. Elle est, comme tout super héros qui se respecte, en combinaison ajustée près du corps, et fait des pirouettes spectaculaires dès qu’elle en a l’occasion. Mais peut-on mettre le terme de « Badass » au féminin ? Ce ne sera pas nécessaire car Dead-End arrive dès le chapitre 2 et c’est toujours lui qui mène la danse. Il va donc aider Kitty Kitty à dérober le grimoire en luttant à ses côtés contre les méchants des New Masters of Crime.

Je rassure tout de suite les connaisseurs : ce n’est pas parce qu’il y a des filles qu’il y a moins de bagarres dans ce tome ! D’ailleurs, le chef des méchants n’est autre que la fille du baron Ximo. Bon d’accord, elle est rendue un peu ridicule cette Olga Von Lieberwurtz (traduction littérale de son patronyme : « qui aime la charcuterie » ), avec ses couettes et son 1m 20 de haut, et elle se cache dans un tank et derrière un masque pour faire illusion ! Mais on sait bien que ce genre de littérature fonctionne essentiellement sur les stéréotypes, et ceux basés sur la dichotomie homme/femme ont la peau dure… Donc on prend son mal en patience et on sourit, car franchement il y a de quoi dans rire dans cette bd, et surtout il n’y a pas de quoi fouetter un chat !

Éditeur : Delcourt – Collection : Contrebande – Genre : Fantastique – Scénario : Erik Hanna – Dessin : Julien Motteler – Date de parution : 16 mai 2018 – 96 pages – Prix : 15,50 €

f t g m

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données