Copyright 2018 - Site by Misterdan

Skybourne de Frank Cho et Marcio Menyz

Après sa miraculeuse résurrection, Lazare eut trois enfants : Abraham Skybourne, Thomas Skybourne et Grace Skybourne. Sa progéniture se vit alors dotée de pouvoirs hors du commun : une force extraordinaire, une peau impénétrable et… l’immortalité. Ceci est leur histoire… Une histoire faite de vengeance, de pouvoir et de meurtres…

Connu et reconnu pour son travail chez les deux principaux éditeurs américains que sont Marvel et DC, notamment en tant que cover artist (illustrateur de couvertures) qui était marqué par certaines polémiques du fait qu’il attribuait à ses personnages féminins des « attributs exagérés », Frank Cho revient à ses premiers amours que sont les comics indépendants. Après une première série Liberty Meadows (6 tomes parurent en France sous le nom de Psycho Park aux éditions Vents d’Ouest), le voici donc chez Boom Studios avec une mini-série de 5 chapitres en enfourchant la double casquette de dessinateur et scénariste. 

Durant cette centaine de pages, on suit la réintégration, après 30 ans de « retraite », de Thomas Skybourne chez Mountain Top, la société secrète anciennement sous le commandement du Vatican, dont l’objectif est de protéger la planète contre toutes menaces éventuelles avec la recherche et la collection d’artefacts magiques, alors que sa sœur Grace, elle, n’a jamais quitté l’organisation.

Premier fait intéressant, la majeure partie du volume se consacre aux aventures de Thomas alors que tout indiquait que le personnage principal serait plutôt Grace. En effet, c’est elle que Boom Editions et Delcourt ont choisi de faire apparaitre sur la couverture. Le premier chapitre lui est entièrement consacré d’ailleurs. C’est donc assez étonnant de voir qu’elle sera délaissée par l’auteur alors que ce dernier tire, de manière non négligeable, sa célébrité pour ses dessins de femmes voluptueuses. Ce qu’est Grace sans aucun doute, une scène mettra particulièrement en avant ce point …

Ainsi, Thomas bénéficie d’un traitement plus approfondi notamment au niveau de son background. Même si cela reste un peu classique, le paradoxe de l’immortel surpuissant qui cherche à en finir avec la vie, écrasé et abattu par la mort de sa femme reste efficace et rend le scénario plus cohérent surtout en ce qui concerne son retour dans les rangs de Mountain Top pour contrer Merlin. Chacun des immortels vit donc différemment leur longévité.

Là encore, il y a un autre point fort du titre à savoir son vilain, Merlin. Il faut le mentionner car il est suffisamment rare d’être en présence d’un ennemi qui a des motivations qui tiennent la route et qui ne se suffissent pas à un simple « je veux tuer le monde entier parce que j’en ai envie ».

Dès lors, la galerie des personnages principaux ou secondaires est réussie et on sent une envie de Frank Cho de faire figurer un bestiaire mythologique assez complet avec des dragons, minotaures et autres sirènes.
Bien que l’histoire en elle-même soit plutôt simple et classique, elle est traitée de manière efficace et le rythme est savamment dosé pour que le lecteur ne s’ennuie pas à quelque moment que ce soit. L’auteur a su injecter dans son récit des scènes d’action, souvent bien sanglantes, des touches d’humour et des références à la pop culture assez subtile. Néanmoins, de nombreuses questions restent en suspens (qui est le troisième enfant ? où est-il et que fait-il ?) et il est regrettable de savoir que la série n’a pas de suite de prévue (encore).
Pour ce qui est du dessin de Frank Cho, c’est sans surprise qu’il est l’atout numéro un de ce comics. Les planches sont magnifiques, un vrai régal visuel. Son trait est dynamique et est mis en valeur par son encrage marqué et précis. Le découpage des pages est très nerveux ce qui colle parfaitement aux multiples scènes d’action qui ponctuent le récit. L’ensemble est magnifiquement rehaussé par la colorisation pure et harmonieuse de Marcio Menyz.

Delcourt a eu la généreuse idée de publier, à la fin de l’ouvrage, une galerie de couvertures alternatives qui ont été utilisées lors de la sortie périodique aux Etats-Unis.

Piochant dans l’ambiance des sagas Indianna Jones et James Bond, Skybourne est une agréable surprise. Si l’on connaissait Frank Cho pour son magnifique et sensuel style de dessin, cette fois-ci c’est son talent de scénariste qui s’illustre par sa maitrise. Certes un peu trop classique, le récit développé s’adresse à un très large public et il serait fort dommage de s’en priver.

Bien qu’il n’y ait pas encore eu d’annonce officielle, la fin appelle à une suite et ce type de récit peut aisément se développer sur plusieurs arcs ou se retrouver adapté en long-métrage cinématographique.

Éditeur : Delcourt - Collection : Contrebande – Scénario et Dessin : Frank Cho – Couleur : Marcio Menyz - Date de parution : 16 Mai 2018 - 128 pages - Prix : 16,50 €

f t g m

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données