Copyright 2017 - Site by Misterdan

Reportage sur le 1er Festival Japan Tours

Reportage sur le 1er Festival Japan Tours

En 2015, s’est déroulé dans la ville de Tours le premier festival Japan au Vinci.

 

Je m’y suis rendue le samedi. Cet événement se passait sur 3 jours, dont le vendredi après-midi qui était gratuit.

La gratuité de ce jour a permis des ventes de pass pour les deux jours suivants comme me l’ont confirmés quelques personnes faisant partie du festival.

J’y suis donc allée le samedi 21 février dernier pour 9h15 (l’ouverture des portes était prévue à 9h30). Il y avait déjà foule, aussi bien pour les gens avec pass que ceux qui désiraient en acheter. 3 rangées avaient été mise à cet effet, une pour les achats de pass, une pour les détenteurs de pass et une pour les pass VIP et Presse. J’avais un pass une journée mais petit bémol, à l’entrée on nous apprend que si on ressort du Vinci, on ne pourra pas y rentrer à nouveau car le pass ne le permet pas… Un peu contraignant car :

1 : soit on doit avoir à manger sur ça, soit on mange sur place

2 : distributeurs de billets se trouvent à l’extérieur du Vinci et tout le monde n’accepte pas les chèques ou Carte Bleue…

Un petit inconvénient regrettable de mon avis personnel.

Seuls les détenteurs de pass VIP (ou peut-être deux jours, je n’ai pas vérifié) pouvaient sortir sans problème.

Bref, nous avons attendu un peu et vers 10h nous avons pu pénétrer à l’intérieur, on nous a remis un programme sur le festival, avec liste des exposants, conférences etc…

Je n’ai pas été aux conférences, car un c’était une première édition et j’ai préféré aller à la rencontre de la culture japonisante par de nombreux aspects qui m’étaient inconnus (comme la nourriture) et de deux, car je n’avais pas vraiment de choses qui me tenter.

On pouvait rencontrer les acteurs de la série Noobs, Bob Lennon, le Joueur du Grenier et quelques doubleurs d’animés de l’époque Ulysse 31.

Je suis quand même tombée sur Kayanne, la grande joueuse de jeux de combat. Elle proposait des Battles avec des joueurs et celui qui serait capable de la battre, aurait droit à un cadeau. J’ai pu d’ailleurs assister à une victoire écrasante d’un gamer face à Kayanne, bien qu’elle se soit rattrapée la manche suivante. Un concept convivial que j’ai beaucoup apprécié.

Bien que la culture du Japon soit plus connue pour ses mangas, ses boulettes de riz (comme les Onigiris par exemple que j’ai découvert le midi !) on a pu retrouver de nombreux univers divers tel le Steampunk, la fantasy, le fantastique… Un vaste mélange qui pourtant fait bien partie de la culture nipponne.

Un coin geek accueillait les fans Gamers et vous pouviez retomber en enfance en jouant avec des consoles très anciennes tel la Super-Nintendo. Parlant Super Nintendo, j’ai eu la chance de croiser nos frères plombiers mais pas en course pour sauver une princesse, non à faire la queue pour se restaurer  Allaient-ils manger des champignons ? Je ne puis vous le dire ^^

SI je n’ai pas assisté aux conférences j’ai pu quand même aller à la rencontre de nombreux artistes, telle que Elodie DuMoulin qui a d’ailleurs le projet de faire son Artbook. Allez visiter sa page facebook, elle est adorable et a un talent fou surtout si vous aimez les dragons et la fantasy comme moi. www.lodgraph.net ainsi que Anna Karen une artiste peintre très chaleureuse qui nous a fait partager sa passion pour le dessin aussi bien lié au Japon où elle a pu se rendre, que ceux des jeux vidéos tels final fantasy. N’hésitez pas à aller voir ses œuvres : www.anna-karen.com

La matinée a été plus calme, nous avons pu découvrir des artistes de talents, « baver » devant les figurines et autres objets cultes des mangas, les rayonnages s’étalant de part en part de tous les côtés. Un gouffre pour les fans et une tentation pour les autres. Jamais je n’avais assisté à un festival Nippon, je n’ai jamais eu l’occasion d’aller à Paris pour l’instant donc pour moi c’était un spectacle très attrayant pour les yeux et le porte-monnaie lol

L’après-midi, le monde est arrivé, on le sentait, les allées étaient moins accessibles donc nous avons décidé de monter et c’est au dernier étage que nous avions une exposition de peintures représentant l’art japonais. De plus, à cet étage, beaucoup d’asiatiques nous faisaient partager leurs cultures, j’ai eu l’occasion de boire un thé aux haricots noirs, goûter des marrons dont je ne saurais vous expliquer la composition mais c’était bon et fait devant nous ! Une japonaise habitant depuis quelques années dans notre pays nous rappeler sa culture et ses origines au travers de petites BD et livres miniatures nous apprenant des choses sur le japon telles que :

-le nombre de distributeurs automatiques

-les fréquences des tremblements de terres

Et pour rappeler le côté manga-japon, elle avait fait des petits livres appelés : qu’est-ce que c’est ?

Une illustration et quand on tourne la page, on obtient la réponse détaillée. Une façon ludique et sympathique de découvrir l’univers des mangas et la culture asiatique.

D’autres proposaient des origamis magnifiques, pas juste le petit oiseau que tout le monde arrive à reproduire, non des œuvres tels que des poupées japonaises en papier, des décorations de maisons !

A ce même étage, on pouvait rencontrer des illustrateurs, scénaristes de BD humoristiques mais qui ne vous feront plus voir les héros Marvel et DC Comics de la même façon… Pour faire simple, prenez un super héros ou voire deux et imaginez ce qu’ils font en dehors de sauver le monde ! Vous me suivez ? Bref, ajoutez un soupçon de piment bien relevé, et vous obtiendrez la BD qu’il ne faudra pas laisser trainer n’importe où…suis-je assez clair ? Il s’agit de Sticky Pants

L’idée est venu au scénariste Tony Emeriau suite à une série d’histoire Star Wars YodaBlog, c’est grâce à une BD culte de Yoda qui demande qui veut faire un Wok et on lui ramène un Ewok sur une broche…Il nous l’a expliqué et ne connaissant pas, cela m’a donné envie de jeter un œil. Le dessin n’est pas aussi joli que celui des Sticky Pants mais l’humour sardonique y ait tout autant.

Et oui, on trouve de tout à ce festival !

D’ailleurs je n’ai pas parlé des découvertes des webséries dont une que j’aurais aimé découvrir plus en profondeur mais la projection était prévue le dimanche  Elle porte le nom d’Avaliea

Il s’agit d’une websérie sur de la fantasy inspirée des mythes celtiques et scandinaves.

Ils ont une page sur ulule afin d’aider leur projet et personnellement, même si je n’ai pu que discuter avec un comédien du projet, il m’a beaucoup tenté et en rentrant, j’ai été découvrir leur episode 0 même si le premier sera encore plus spectaculaire à ce que j’ai entendu. http://fr.ulule.com/avaliea/

Aimant cet univers, je ne pouvais pas ne pas vous en parler 

J’ai aussi pu découvrir les nouveaux mangas de Yumiko Igarashi créatrice de Candy et Georgie, deux mangas qui ont bercés l’enfance de beaucoup, dont la mienne. Elle était absente au festival à cause de problèmes personnels mais j’ai craqué sur son manga de « Roméo Et Juliette » car j’adore Shakespeare et aussi parce que nous avons la version dessin ainsi que la pièce de théâtre dans le même volume. J’ai hâte de découvrir le manga adapté de cette tragique mais si belle histoire d’amour et de relire à nouveau l’œuvre de ce grand homme !

Pour conclure, une première édition avec quelques points négatifs (comme l’empêchement de sortir et donc devoir se restaurer sur place) mais avec beaucoup de positifs, découvertes de la culture nipponne, découverte de nombreux auteurs, illustrateurs, scénaristes de talents. Un beau festival, convivial, accueillant et je dirais même plus japanisant !

J’ai hâte qu’une seconde édition se fasse et je pense prendre un pass week-end afin de profiter le second jour des conférences.

f t g m