Copyright 2017 - Site by Misterdan

Rêve d’Olympe de Reinhard Kleist

Jeux Olympiques de Pékin, en 2008 : Samia Yusuf Omar, 17 ans, représente la Somalie. Sur la piste, la jeune femme se surpasse et bat son record personnel. Malgré sa dernière place dans la course, le public l’adore et l’acclame.

De retour dans sa Somalie natale, Samia ne compte pas rester sur un échec. Mais s’entraîner décemment est devenu impossible car les fondamentalistes musulmans interdisent aux femmes de pratiquer une quelconque activité sportive.
Pour atteindre son rêve de participer aux prochains Jeux en 2012, Samia tente le tout pour le tout : elle se lance dans une périlleuse odyssée pour rejoindre l’Europe. Alors à peine âgée de 20 ans, Samia éprouve le calvaire de l’immigration : la violence des passeurs, les camions surchargés de réfugiés, la faim, la soif, la prison... Jusqu’à sa fin tragique.

Au travers d’un dessin en noir et blanc stylisé, Reinhard Kleist, qui signe à la fois le dessin et le scénario, nous raconte l’histoire vraie de Samia.
Nous sommes en 2008 à Mogadiscio, tous sont réunis devant l’antique poste de télévision pour suivre l’enfant du pays, Samia Yusuf Omar, 17 ans, qui a été choisie pour représenter son pays, la Somalie, aux J.O. de Pékin. Passionnée de course à pied la jeune fille, qui court sans entraînement ni équipement, arrive bonne dernière, tout en battant son propre record. Son courage et sa détermination font l’admiration du public, et c’est auréolée de cette gloire que Samia rentre en Somalie. Mais là tout s’arrête : la Somalie est un pays musulman où les islamistes intégristes Al-Shebab sont de plus en plus puissants, et pour eux il est impensable qu’une fille puisse faire de la course à pied. Incapable de renoncer à son rêve, musulmane convaincue mais adepte d’un islam modéré, la jeune fille, dont le père a perdu la vie pour défendre ce même islam modéré face aux intégristes, décide de tout faire pour participer aux J.O. de Londres en 2012. Mais l’entraînement s’avérant de plus en plus compliqué et dangereux, -elle est même menacée de mort -, elle doit quitter son village, d’abord pour Addis-Abeba, puis pour tenter la difficile traversée de l’Afrique de l’Est, puis de la Méditerranée, pour rejoindre l’Italie et pouvoir s’entraîner.
On suit la jeune fille dans son long périple, d’abord avec Mariam, sa tante et amie, puis seule, livrée aux passeurs, dont la violence n’a d’égale que l’appât du gain. Au terme de plusieurs mois de voyage et d’attente, elle finit par s’embarquer sur un zodiac surchargé qui va tenter la traversée de la Méditerranée.
C’est au travers de posts sur les réseaux sociaux qu’on connait l’histoire de Samia, car la jeune fille tient régulièrement ses fans et sa famille au courant de son périple, jusqu’à sa fin tragique, relatée par les survivants de la traversée.
Tout au long de cette superbe BD, on partage les aspirations de la jeune fille, ses doutes, ses peurs. De cette plongée dans le monde des migrants, on sort bouleversé, en colère contre ces fanatiques religieux qui jettent sur le chemin de l’exil la fleur de leur population. Car Samia ne vient pas en Europe pour échapper à la misère, elle vient juste pour avoir le droit de réaliser ses rêves d’athlète de haut niveau, et pour avoir la fierté de représenter son pays dont elle est extrêmement fière.
C’est une lecture que je recommande particulièrement aux adolescents, et bien sûr aux adultes, car cette histoire vraie doit secouer les consciences en mettant un visage sur un fait divers vite disparu des feux de l’actualité.

Editeur : La Boîte à Bulles – Dessin et Scénario : Reinhard Kleist – Date de parution : 29 juin 2016 - 144 pages – 17 euros

f t g m