Copyright 2017 - Site by Misterdan

La Pension Moreau - Tome 1 : Les enfants terribles de Benoît Broyart et Marc Lizano

À l'écart des villes, la pension Moreau accueille des enfants pas comme les autres, dont les parents sont souvent fortunés.
Dernier arrivé dans l'établissement, Emile le rêveur fait la connaissance de Paul, Victor et Jeanne. Ensemble, ils font face à l'étrangeté d'une école austère dont les professeurs inspirent la crainte. Leur amitié suffira-t-elle pour s'opposer au pire?

L'avis de Michelle

Une luxueuse voiture avec chauffeur roule vers la pension Moreau. A bord, les Lefort : Emile et ses parents. Emile est un jeune graçon rêveur et muet qui passe son temps à dessiner, et à fuguer ... ce qui lui vaut aujourd’hui de se retrouver en route pour cette école particulière. Car elle est vraiment très étrange cette pension dirigée par des personnes à tête d’animaux. A la direction Turoc, le hibou, secondé par Rastoc le renard, qui fait aussi office de professeur. La surveillance est assurée par le terrible Mastoc, le sanglier. L’autre particularité de cette pension c’est qu’on y entre définitivement. Les enfants sont vendus par leurs parents contre une somme importante.
Emile se retrouve dans une cellule avec Paul et les jumeaux Victor et Jeanne, et est immédiatement mis au travail. Il aime dessiner et bien il sera de corvée pour repeindre le couloir ! La journée se répartit entre les tâches domestiques et les heures de classe. Mais le plus difficile pour Emile le silencieux c’est l’interdiction de dessiner. Heureusement il y a ses camarades de chambrée qui l’aident à surmonter ces difficiles premiers jours.
Ce premier tome (sur trois) place le décor : présentation des personnages, description des lieux, mise en place des éléments de l’histoire. On se prend de suite de sympathie pour ces enfants abandonnés dans ce lieu austère.
Sur les paroles extraites d’une poésie de Jacques Prévert de 1934, « la chasse à l’enfant », la pension Moreau cache ses secrets. J’ai tout de suite adhéré à l’histoire, dont j’attend la suite avec impatience, écrite par Benoit Broyard principalement sous forme de dialogues ce qui donne une dimension émotionnelle intense.
L’histoire est mise en valeur par les dessins de Marc Lizano, qui réalise surtout des personnages à grosses têtes, transcrivant parfaitement les sentiments des protagonistes.

L'avis de Christelle

Mr Turoc accueille tous les enfants dits difficiles moyennant une grosse somme d'argent et l'appropriation complète des enfants. Et face à cette générosité arrangeante, nul adulte ne souhaite prêter attention aux méthodes utilisées.
Car la pension a tout de la prison. A travers des dessins au crayonné intense, enchaînant les vignettes, l'auteur nous raconte, sans concession aucune, la vie de ces enfants.
Le choix des couleurs profondes à chaque vignette accentue le côté sauvage et la brutalité de ces adultes déshumanisés par une allure animale. Mais surtout ce sont les sentiments qui priment.
Et c'est là qu'est la magie de cette histoire. Car ce qui ressort, ce sont les sentiments. Le sentiment d'être normal ou non, cette notion d'appartenance à une catégorie d'individus mis au ban de la société, vu par les enfants eux mêmes. Ils devront faire face aux mauvais traitements et l'amitié semblera être la seule arme dans cette obscurité latente.
Pour ma part, c'est un livre non pour pour les enfants mais sur les enfants et ce 1er tome est effrayant et attirant. C'est une série surprenante qui trouvera assurément son public. Je ne peux que me demander ce que nous réserve la suite...

Editeur : Éditions de la Gouttière – Scénario : Benoît Broyard – Dessin : Marc Lizano - Date de parution : 17 février 2017 - 48 pages – Prix : 14 €.

f t g m