Copyright 2017 - Site by Misterdan

Udama chez ces gens-là de Zelba

Claire et Hervé, couple de bourgeois Parisiens, voient leur vie bouleversée par la naissance de Rose. Pour s'occuper de leur fille, ils engagent Udama, une Malienne qui vit dans une mansarde de banlieue avec sa cousine et ses enfants. Difficile équilibre entre Udama contrainte de délaisser ses enfants pour soutenir le mal-être de Hervé et l'ambition professionnelle de Claire.

D’un côté il y a Hervé et Claire. Ils ont un bon boulot, il est avocat, elle travaille dans la pub. Ils vivent dans les beaux quartiers de Paris. Et ils viennent d’avoir un bébé. Mais si Hervé en est totalement heureux, ce n’est pas le cas de Claire. Bien sûr, elle adore sa fille, mais les sacrifices professionnels qu’elle a dû faire lui pèsent terriblement. Elle a vu la promotion certaine qui l’attendait, lui être retirée pour cause – inavouée – de grossesse. Alors, congé de maternité ou pas, il lui faut vite retourner au travail. Mais Rose n’a que 5 semaines, elle a besoin d’une présence permanente. La solution : engager quelqu’un pour s’en occuper pendant que Claire et Hervé sont au travail.
De l’autre il y a Udama, la jeune femme qui va être recrutée. D’origine malienne, elle est heureuse de trouver ce travail, même si pour cela elle doit négliger ses propres enfants. Engagée pour s’occuper de Rose, de 8h à 18h tous les jours, 18h qui s’éternise souvent car Claire rentre tard du travail, elle doit aussi s’occuper de l’appartement, ménage, repassage, etc.. Tout ça pour juste un smic. Mais elle accepte cette exploitation car ce salaire lui permet surtout de vivre et de faire vivre ses enfants. Le soir la jeune femme quitte les beaux quartiers pour une banlieue misérable où elle sous-loue avec sa cousine un petit appartement. Pendant la journée Bintou qui travaille de nuit dans une entreprise de ménage, s’occupe de leurs enfants respectifs, et c’est Udama qui reste avec eux la nuit.

Claire, toute entière tournée vers son travail, néglige son mari qui peu à peu se rapproche d’Udama. Entre ces trois personnages vont se nouer des rapports étranges, et s’enclencher une spirale qui va les emporter.

Cette BD aborde plusieurs thèmes très actuels : la place de la maternité dans la vie des femmes, et les conséquences sur leur vie professionnelle, la nécessité d’accepter n’importe quel travail pour survivre et l’exploitation des travailleuses précaires, puis la prise de conscience de cette exploitation... Le scénario se déroule sans temps mort, on se prend de sympathie pour Udama, mais, comme dans la vie, tout n’est pas forcément bien ou mal. Et on compatit sur le sort de Claire, qui a tout pour être heureuse, et qui, parce que sa vie professionnelle est bousculée par sa grossesse, ne sait plus comment gérer sa vie, sur le sort de Hervé qui adore sa femme mais ne la comprend plus, sur la vie d’Udama, exploitée par ses employeurs, par son loueur, et qui va chercher, par des moyens que la morale réprouve, à se sortir de sa pauvreté.
Cette histoire est surtout très bien mise en valeur par le dessin et la mise en couleurs. Les cases pas toujours délimitées regorgent de détails, les décors sont précis et accentuent les différences sociales. Mais ce qui m’a vraiment touchée ce sont les visages qui expriment très bien les sentiments souvent contradictoires des personnages.

Editeur : La Boîte à Bulles – Scénario et dessin : Zelba - Date de parution : 01 février 2017 - 112 pages – Prix : 20 €.

f t g m