Copyright 2018 - Site by Misterdan

La commune de Christophe Ylla-Sommers et Yvan Pommeaux

Bien sûr, il y a les célébrités : Napoléon III, Thiers, Victor Hugo, Gambetta, Jean-Baptiste Clément, l’auteur du « Temps des cerises », et Louise Michel... Mais le véritable héros de ce livre, c’est le peuple de Paris. C’est lui, anonyme, obscur et sans grade, qui rêve de parfaire et accomplir la Révolution de 1789. Lui qui tente une utopie : éducation obligatoire, laïque et gratuite, égalité entre hommes et femmes, démocratie directe. Écrasée dans un bain de sang, condamnée, calomniée, caricaturée, puis oubliée, la Commune méritait que les auteurs de Nous, notre histoire établissent certaines vérités. Et voilà un album qui chante, vibre, fulmine et s’attendrit comme une chanson de Colette Magny.

Le scénario est a priori plus difficile d'accès que les autres de la même collection, il faut un peu plus de connaissances pour pouvoir se l'approprier pleinement. C'est pour ça que je dirais qu'il est plus adapté à un public à partir de 14/16 ans. J'apprécie le fait que l'auteur dise certaines choses qui sont franchement moins connues et qu'il laisse échapper certaines choses plus connues à demi mots. Bien sûr cela demande de la part du lecteur une vraie curiosité, car sans elle cette bande dessinée risque de détourner un adolescent. C'est là son point noir, elle est moins ludique que certaines autres de la collection, plus adulte dans le dessin comme dans le texte. Mais une fois passé outre ce problème alors là c'est vraiment un régal. Hormis cette difficulté, l'essentiel y est vraiment, le pari est tenu, quelqu'un qui a vaguement entendu parler de la Commune comprend beaucoup mieux son élaboration et ses limites. Et tout cela en s'amusant, dans un rythme effréné vers la liberté, vers un monde nouveau. Enfin, peut-être pas autant que certains l'espèrent. La Commune a aussi sa part d'ombre et elle n'est pas nécessairement cachée.

Le dessin joue un rôle capital, par la dynamique qu'il apporte, tout comme par le placement du texte. Le lecteur fouille dans la scène historique pour y trouver des éléments de réponse. Par sa qualité le dessin peut toucher des lecteurs qui ne liraient peut-être pas une bande dessinée historique, il est très intéressant, à la fois très dur et très sensible. Et puis il apporte de vraies données historiques, il crée du lien avec des choses que l'adolescent peut savoir.

Un gros point positif c’est le lexique des personnages à la fin de chaque bande dessinée de la collection qui permet de vraiment recontextualiser et d'enrichir le vocabulaire de façon claire tout en constituant aussi une méthode de recherche.

Editeur : Ecole des loisirs – Collection : Grandes images de l'histoire – Scénario : Christophe Ylla-Somers et Yvan Pommaux – Dessin : Yvan Pommaux – Date de parution : 01 mars 2017 – 40 pages – Prix : 11,80 €

f t g m

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données