Copyright 2018 - Site by Misterdan

999, l’aube de rien du tout - Tome 1 de Denis-Pierre Filippi et Marco Bianchini

An 999, à l'aube de rien du tout. Trois enfants vivent près d'une abbaye. Il y a Sylvain qui est l'ami des arbres, Séretta dont on a tous été amoureux à 12 ans et enfin Titène, qui nage très bien et très longtemps sous l'eau, ce qui est normal, puisqu' il a des ouïes à la place des oreilles. Mais lorsque ce dernier recueille un chat agonisant au bord de la rivière, le destin des trois orphelins bascule. Capable de communiquer avec eux par la pensée, Turolde, le félin philosophe, les conduira pour un voyage vers la liberté, à travers un Moyen Âge crasseux où les ecclésiastes constituent le pire danger pour une bande d'enfants vagabonds..

J’ai adoré l’histoire. Nous sommes plongés dans cette bande dessinée qui est tout à la fois légère et grave, adulte et enfantine, passionnante et lassante. Nous pouvons nous identifier sans aucune peine à ces trois personnages hauts en couleurs qui nous font face. Et nous suivons leurs aventures, avec un humour omniprésent. Ce qui est vraiment intéressant dans cette œuvre, c’est que les préceptes émergent des situations, ils ne sont pas forcément donnés par la figure d’autorité qu’est Turolde, mais semblent être construits par les personnages. Le rythme est soutenu, on ne s’ennuit pas, on peut parfois même se dire qu’un peu de ralentissement pourrait faire du bien pour apprécier les situations et réfléchir. Mais on n’a pas envie de poser l’album car on est pressé de savoir la suite.

Les illustrations sont excellentes, autant pour la colorisation que pour le coup de crayon ou la matière. Je trouve que tous les éléments ont une vraie texture. Dans la vignette très large qui montre Titène sous l’eau en contre plongée, on a vraiment l’impression d’être sous l’eau avec lui et l’extérieur nous paraît être très lointain, comme lorsqu’on regarde le ciel quand on est sous l’eau. De même l’écorce des troncs d’arbres est représentée de façon assez intéressante. Les vêtements aussi sont très travaillés, avec des ombres sur les plis et un rendu du tissu froissé qui est très réaliste. Mais ce que j’ai préféré ce sont les visages des personnages, qui reflètent très bien les sentiments. Les couleurs peuvent très bien aider à nous faire une idée sur un lieu ou un personnage. Le dessin apporte aussi rythme et informations et permet souvent d’éviter un long discours.

Une très bonne bande dessinée dont il nous tarde de lire la suite.

Editeur : Glénat – Collection : Grafica – Scénario : Denis-Pierre Filippi d’après l’oeuvre de Claude Daubercies – Dessin : Marco Bianchini – Date de parution : 07 juin 2017 – 48 pages – Prix : 13,90 €

f t g m

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données