Copyright 2018 - Site by Misterdan

Chronosquad - Tome 4 : Concerto en la mineur pour timbales et grosses têtes de Giorgio Albertini et Grégory Panaccione

Découvrez dans cet ultime épisode tous les tenants et les aboutissants de cette folle épopée transtemporelle. L’inextricable écheveau de lignes narrative se dénoue enfin avec une évidence inattendue et enthousiasmante…
Remise de sa surprise de retrouver Léonard dans les locaux des Chronosquads, Penn profite de l'occasion pour lui parler parentalité. L'épreuve à laquelle est confrontée la police temporelle n'est pas moins importante car si les deux adolescents fugueurs ne sont pas retrouvés très vite, leur mission de protection du chronotourisme sera confiée à la J.T.L., société privée aux ambitions démesurées.

Les Chronosquads doivent faire face à la main mise d’une nouvelle société privée qui entend devenir la nouvelle gérante des voyages temporels. Cependant, les agents sont bien décidés à ne pas se laisser faire et à trouver des aides même inattendues. Les ennemis d’hier pourraient bien devenir les alliés d’aujourd’hui.
Dans le même temps, on plonge dans les histoires personnelles des héros, découvrant leur passé et entrapercevant un futur possible pour eux. Cette mission, retrouver Silverberg et les enfants fugueurs, ce n’est pas une simple aventure, c’est leur seul moyen de conserver leur vie actuelle. Ils feront tout pour y parvenir et virer la J.T.L. Cependant, cela sera-t-il suffisant ?

Ce dernier tome offre une belle fin à cette série qui se termine plutôt bien, si on oublie les pauvres âmes de la J.T.L.. Cependant, si toutes les réponses sont données, si tout semble résolu, tout ne semble pas fini pour nos aventuriers.
Giorgio Albertini prend le pari de nous laisser un petit peu sur notre faim, alors qu’il laisse la porte ouverte à une suite.

Côté dessin, l’esthétique particulière fait toujours le charme de Chronosquad et emporte le lecteur dans ce monde particulier et pourtant tellement d’actualité. L’argent et le pouvoir sont toujours au centre de l’humanité, mais l’espoir et certaines personnes se dressent encore contre ça pour garder la pureté de l’homme.

Tout rentre enfin dans l’ordre. Enfin… presque !

Editeur : Delcourt – Collection : Neopolis – Scénario et Dessin : Giorgio Albertini – Dessin et Couleur : Grégory Panaccione – Date de parution : 13 septembre 2017 – 258 pages – Prix : 14,95 €

f t g m