Copyright 2018 - Site by Misterdan

Beauté Noire et le groupe Prospero – Tome 1 : Les chasseurs de haine de Noël Simsolo et Olivier Balez

Fin du XIXe siècle. Alors que Paris a encore du mal à cicatriser des plaies de la Commune, un attentat se prépare contre l’écrivain Émile Zola. Son crime ? Avoir osé défendre le capitaine Alfred Dreyfus dans son célèbre texte « J’accuse ». Heureusement pour lui, dans cette Europe secouée par le fascisme, l’antisémitisme et les débuts de l’anarchisme, un groupe secret de marginaux lutte pour défendre les victimes des persécuteurs. Elle est noire, ils sont juifs, métèques ou saltimbanques. Et pour punir les ennemis de la liberté, ils n’ont pas peur de se montrer aussi cruels qu’eux. Ensemble, ils ne font qu’un. Ils sont le groupe Prospero, impitoyables, mais pour la bonne cause !

Pour leur première collaboration, Noël Simsolo et Olivier Balez nous offrent une série d’action au rythme implacable portée par une troupe de héros charismatiques et loin des stéréotypes. Plus qu’un hommage, une véritable relecture post-moderne de la BD d’aventure sur le théâtre de la grande histoire. Un premier récit en deux tomes.

Ce qui est plaisant dans ce récit, c’est la présentation des protagonistes, de comment ils se sont rencontrés à leurs premiers faits d’armes. Ils sont très attachants, malgré leur violence. C’est plutôt le fer qui est croisé par ces dames mais quelques armes à feu sont utilisées pour combattre les bellicistes et racistes à punir. La situation politique est compliquée, il y a les anarchistes d’un côté et les antisémites de l’autre. Chaque camp a son armée qui sévit dans l’ombre, à l’insu des autorités. J’ai été surprise de voir que des femmes faisaient partie de ces groupes et qui plus est des femmes de couleur : la « beauté noire » du titre est une métis de mère Camerounaise et d’un père juif viennois.

L’esthétisme de ces femmes est soigné, tant dans leurs tenues d’époque que dans celles de combat, des justaucorps qui épousent leurs formes généreuses, plutôt surprenant et scandaleux pour le coup. Mais l’exotisme des contrées africaines fait rage en cette fin de siècle, pour exemple les quatre serveuses pratiquement nues employées par le comte du château de Von Rotstein qui ouvre la première scène. La violence des propos racistes frappe le lecteur et met tout de suite dans l’ambiance.
Seul bémol à cet ouvrage, il se termine au summum de la bataille et coupe le récit en pleine action. Alors oui, ça donne envie de lire la suite mais ça laisse vraiment un sentiment d’inachevé. Dommage...

Éditeur : Glénat - Collection : 1000 feuilles – Genre : Aventure Histoire– Scénario : Noël Simsolo – Dessin : Olivier Balez – Date de parution : 7 mars 2018 – 48 pages - Prix : 15 €

f t g m

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données