Copyright 2018 - Site by Misterdan

Brindille - Tome 1 de Frederic Brrémaud et Federico Bertolucci

Une jeune femme se réveille dans un village du petit peuple. Elle ne se souvient de rien, ni de son nom, ni de comment elle est arrivée ici. Alors qu’elle tente de retrouver la mémoire et découvre les habitants de ce monde, elle s’éveille peu à peu à des pouvoirs qu’elle ne contrôle pas. Est-elle une fée ? Une jeune fille ordinaire ? Une sorcière ? Les réponses à toutes ces questions se situent sans doute dans cette mystérieuse forêt qui entoure le village. Trouvera-t-elle le courage de se rendre là où personne n'a le droit d'aller ?

Après la magnifique série animalière Love publiée par Ankama (que je recommande très chaudement) et celle des Petites Histoires chez Clair de Lune, Frederic Brrémaud et Federico Bertolucci poursuivent leur fructueuse collaboration cette fois-ci chez Glénat. Les idées de cette sixième série commune devaient initialement servir à être un nouvel épisode de Love mais très vite, pour les auteurs, l’envie d’en faire une histoire totalement indépendante se fait sentir. Brindille sera donc une série différente, chez un éditeur différent, une pagination différente (96 pages) mais surtout Brindille sera un diptyque et non pas un one-shot comme les auteurs en avaient l’habitude.

Ultime différence, dans ce tome les personnages parlent. Brrémaud avait su faire preuve de finesse dans son découpage puisque les animaux de Love ne parlent pas, il a réussi à conserver cette efficacité avec des dialogues tendres et accessibles. Brindille est certes jeune et un peu perdue dans cette forêt qui abrite un village pour le moins étonnant, mais il ne faut pas se tromper, elle n’en reste pas moins résolue à défier quiconque l’empêcherait d’en savoir plus sur son passé oublié. D’ailleurs, c’est elle qui va, sans le faire exprès, permettre à tout le village d’avoir quelque chose à manger et elle en sera récompensée par des félicitations telle un véritable guerrier. Cela permet d’ajouter un peu plus de nuances à propos de ces villageois pour qui les femmes restent au village pendant que les hommes partent chasser.

Chasse qui, d’ailleurs, est considérée à sa juste valeur. Il ne s’agit ni d’un passe-temps ni d’une preuve de puissance mais bel et bien la survie du village qui est en jeu. On retrouve bien l’amour qu’ont les auteurs pour les animaux. Chaque vie est importante et il ne faut tuer que lorsque cela devient nécessaire mais sans jamais y prendre du plaisir.

Durant son aventure, Brindille est accompagnée d’un loup qui ressemble beaucoup à un renard, ce dernier était l’animal mis en valeur dans le tome 2 de Love. Comme la plupart des personnages secondaires, il est plutôt incisif dans ses propos et donne toujours l’impression d’en savoir un peu plus que les autres.

En préface, Federico Bertolucci déclare que l’album a été intégralement réalisé via la tablette graphique. En tout cas, une fois encore il fait mouche. Le récit est véritablement sublimé par les dessins de l’artiste italien. Le découpage fait la part belle aux pleines pages et aux grandes cases et même dans celles-ci, chacun des traits est soigné. Une fois encore, les animaux et le décor forestier ont bénéficié d’un travail d’orfèvre vraiment impressionnant. Le cerf est tout bonnement majestueux, la forêt est luxuriante, les oiseaux prennent leur envol. Le tout prend vie avec l’utilisation d’une palette de couleurs variées qui amène une touche d’authenticité à l’ensemble.

Dans Love, les auteurs n’avaient jamais tenté de camoufler la réalité de la sauvagerie et de la violence des animaux, bien que jamais cruels. Ici, le scénariste a choisi d’ajouter là encore une touche un peu plus mature et fantaisiste dans un récit qui aurait pu sembler trop enfantin de prime abord.

Dès lors, c’est donc à tout type de public que je recommande Brindille et je suis certain que ce récit féérique, issu d’une osmose parfaite entre les auteurs, saura ravir petits et grands. Il me tarde de lire la suite et fin de l’histoire et de percer les mystères qui se cachent dans cet univers.

Editeur : Glénat / Vents d'Ouest - Scénario : Frederic Brrémaud - Dessin et Couleur : Federico Bertolucci - Date de parution : 25 avril 2018 - 96 pages - Prix : 17,50 €.

f t g m

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données