Copyright 2018 - Site by Misterdan

Berserk – Tome 38 de Kentaro Miura

Rickert et Erika arrivent à Falconia, la cité où règne Griffith. Pendant ce temps, Guts et son équipage atteignent enfin l’île des elfes...

Berserk est un manga qui débute en 1990. Nous en sommes aujourd’hui au tome numéro 38. Après trois ans de pause, Kentaro Miura s’est remis au travail, et le tome 39 est annoncé courant 2017 au Japon.
Pour résumer brièvement l’histoire, le lecteur est plongé dans un univers où règne la loi du plus fort. Malheureusement pour les hommes, les monstres sont souvent les plus forts; et lorsqu’ils ne le sont pas ce sont des humains mal intentionnés qui dominent. Dans cet arrière plan chaotique, Griffith, chef de la brigade des faucons, a sacrifié tous ses soldats en échange d’un pouvoir surnaturel. Guts, un des rares survivants le pourchasse afin de se venger. Il est accompagné de plusieurs personnages atypiques comme un elfe ou une apprentie sorcière, mais surtout de sa bien aimée, Casca, ancienne membre de la brigade des faucons, traumatisée par le massacre et restée sous le choc.
Dans ce tome nous découvrons la nouvelle ville bâtie par Griffith, Falconia, à travers les yeux de Rickert, un ancien de la brigade des faucons. Rickert n’a pas revu Griffith depuis le jour dramatique où il sacrifia tous ses amis, et il va traverser la capitale, y voir tout l’or et le bonheur mais aussi les monstres et l’horreur, pour finalement gifler son ancien compagnon, ce qui ne sera pas sans conséquences...
Le dessin est à l’image de l’histoire, complet et complexe, parfois même un peu trop chargé ce qui empêche une bonne compréhension (notamment sur un détail de l’arrière plan dans les petites vignettes). Pourtant la richesse de ces détails laisse libre cours à notre imagination et nous laisse la place de projeter nos émotions. Un visage peut nous sembler angélique, puis lorsque nous avançons dans l’histoire le même dessin nous semble totalement différent. C’est une des forces de ce manga et c’est encore plus visible dans ce tome. La ville que nous découvrons est sublime, le corps des personnages très détaillé. Un régal visuel pour les amateurs du genre.
Chaque personnage est très travaillé. Ce n’est pas un manga manichéen, chacun porte sa part d’ombre et de lumière. Le découpage se fait tout d’un bloc ou au fil des tomes. Ce qui est plaisant c’est de voir à quel point la vision est subjective, certains voient en Griffith un héros et d’autres le pire des criminels. Dans ce tome nous suivons surtout les pensées de Rickert, nous faisant part de ses doutes. Ce personnage semble prendre de l’ampleur mais, comme souvent dans Berserk, cela reste assez flou, le doute plane sur son avenir mais nous ne pouvons qu’attendre la suite avec impatience. Et nous découvrons une nouvelle île avec Guts... sera-t-elle un havre de paix ou un nouvel enfer ?
Ce tome est comme tous les autres, trop court. Il nous laisse un goût de « reviens-y », pour y découvrir des détails à la relecture. Le rythme est bon, des scénettes plus légères nous permettent de digérer l’horreur et de laisser la place au stress de s’installer.
Amateurs de seinens gores et violents, vous avez frappé à la bonne porte.

Editeur : Glénat Mangas - Collection : Seinen - Scénario et dessin : Kentaro Miura - Date de parution : 18 janvier 2017 - 212 pages - Prix : 6.90 €

f t g m

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données