Copyright 2018 - Site by Misterdan

Dofus - Livre 1 : Julith réalisé par Anthony Roux et Jean-Jacques Denis

Dans la majestueuse citée de Bonta, le jeune Joris coule des jours heureux dans la boutique d’objets magiques de son père adoptif, Kerubim Crépin. Mais le jour où il se décide à approcher son idole de toujours, une mégastar du Boufbowl, un mal étrange le prend. Un mal qui pourrait bien menacer toute la ville…

Après deux séries TV à succès (Wakfu et Dofus : Les trésors de Kérubim) et d’un Kickstarter financé à plus de 600% permettant la création d’une version "internationale" des deux saisons de Wakfu au format Blu-Ray, Ankama s’attaque au grand écran avec son long-métrage d’animation Dofus - Livre 1 : Julith.

Annoncé initialement pour le second trimestre de 2015, il voit désormais sa sortie en salles repousser au 03 février 2016 !

Dans un communiqué, le studio roubaisien déclare que « Le projet prend un peu plus de temps que prévu, mais nous veillons à vous offrir quelque chose d’inédit, de plus grand et de plus incroyable encore que tous les projets d’animation que nous avons pu créer jusqu’à aujourd’hui. »

Il est toutefois nécessaire de rappeler que Dofus - Livre 1 : Julith est entièrement réalisé en France où travaille plus de 100 artistes dessus !

Fidèle à la stratégie transmédia d'Ankama, le film Dofus - Livre 1 : Julith est à la croisée des histoires développées dans le jeu vidéo, la série animée ou encore les BD. Il apportera de nombreux éclaircissements sur les personnages clés de l'univers. Très attendu par les nombreux fans de l'univers de Dofus, ce film s'adresse à un public bien plus large.

Humour, action et aventure sont au programme de ce divertissement familial haut en couleur. Ankama et Gebeka Films ont signé un accord de distribution en avril dernier pour sa sortie en salles. Malgré que je ne sois pas un grand joueur de leurs MMO (jeux en ligne à plusieurs), je suis un grand fan de cet univers notamment ce qui touche à la série Wakfu (j’ai participé au Kickstarter pour tout dire) et plus globalement à tout ce que sort Ankama, je peux vous dire que j’attends sa sortie de pied ferme !

Mise à jour :

J’ai enfin eu l’occasion de voir le film plus d’un mois avant sa sortie en salles et je peux vous dire que j’ai été conquis ! Cela fait plaisir fou de voir un dessin-animé 100% made in France d'une aussi grande qualité tant visuelle que scénaristique.

Je développe.

First things first, d’un point de vue technique, le film est irréprochable ! Même les fans de la licence qui sont habitués à la patte graphique unique d’Ankama, seront subjugués par la maitrise dont font preuve les artistes qui se sont grandement améliorés depuis la série Wakfu. L’image en elle-même est superbe, elle fourmille de détails, de couleurs et de références. Les visages sont très expressifs, la mise en scène est soignée avec des angles de vue parfois audacieux et toujours avec une animation ultra-fluide. L’immersion est donc clairement au rendez-vous ! D’autant plus que la bande-originale a été interprétée par l’Orchestre National de Lille et ses 70 musiciens professionnels et cela s’entend et se ressent clairement durant le visionnage.

Voila pour la forme, passons au fond maintenant.

Bien évidement, le film veut toucher un large public, c’est pourquoi on retrouvera certains clichés notamment sur ce qui est de la caractérisation des personnages. Rien de bien méchants, on dit bien que c’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe. D’ailleurs, les antagonistes sont motivés par des revendications légitimes et dépasse leur simple statut de « vilains » pour devenir de réels individus complexes (coucou Julith !).

Concernant le scénario centré sur le thème de la famille cher au réalisateur Tot, celui-ci réserve son lot de rebondissement et de révélations en tout genre. Le rythme étant bien dosé entre action et émotion, le spectateur ne se lasse à aucun moment.

Quant à l’humour, véritable signature du studio roubaisien, il est très présent. Que ce soit via des jeux de mots, des sous-entendus (pas toujours au-dessus de la ceinture) ou le personnage un brin caricaturale de Khan Karkass, il fait en générale mouche et à défaut de s’esclaffer vous fera décrocher au moins un sourire.

Pour revenir sur Khan Karkass, c’est dommage que la relation qu’il entretient avec Bakara manque de subtilité même si c’est contrebalancé par le caractère réfléchi de cette dernière, loin d’être une demoiselle en détresse (elle est une Huppermage, une classe de magicienne très puissante qui vient d’être ajouté dans le jeu vidéo). En attendant d’en voir plus sur l’évolution de leur complicité, je préfère encore la romance entre Tristepin et Evangeline dans Wakfu.

Fier de son univers cross-média, Ankama se lance dans la cour des grands avec son long-métrage Dofus - Livre 1 : Julith. Le film est d’une qualité impressionnante pour un premier essai digne des meilleurs Disney ou Pixar et j’espère sincèrement qu’il rencontrera le succès qu’il mérite afin qu’on ait droit aux trois livres prévus.

Genre : animation fantastique - Nationalité : Française - Durée : 1 heure 40 - Date de sortie : 03 février 2016 - La bande-annonce.

f t g m