Copyright 2018 - Site by Misterdan

Le Secret de Kanwar réalisé par Anup Singh

Inde post-coloniale. Umber Singh, un patriarche sikh, se voit contraint de fuir son village natal devant le nettoyage ethnique qui suit la partition de l’Inde et du Pakistan en 1947. Après avoir eu 4 filles, il est déterminé à élever comme un fils Kanwar son dernier enfant, et à cacher son véritable sexe à tout le monde. Mais, quand Umber marie Kanwar à Nelli, une fille de plus basse caste, tous trois ont à faire face à la vérité de leur identité et des limites de leur volonté.

Les faits relatés dans Le Secret de Kanwar se situent en 1947, en pleine partition des Indes, un évènement qui marque le partage de l'Empire colonial britannique en deux états indépendants : le Pakistan actuel et la République d'Inde que nous connaissons tous. Entrée en vigueur le 15 août, cette séparation est à l'origine de l'un des plus importants exodes de l'histoire, et a vu surgir des relents de xénophobie et des conflits d'ordre religieux entre les peuples concernés. Un réalisateur passionné...

A travers ce film, Anup Singh a voulu mettre en lumière le traumatisme de l’exil tout en mettant cet élément dans l’ombre du scénario. Ainsi le film se focalise sur le changement de sexe d’un enfant par la volonté de son père. Comment un père peut imposer cette volonté, qui est plus forte que lui, à sa femme et à ses enfants. Jusqu’où ira-t-il pour maintenir son mensonge aux yeux du monde et à lui même? Ou comment la violence de l’exil et de la guerre peut transformer un homme et un père aimant.

Le défaut du film vient de sa construction, pour l’avoir vu avec le dossier de presse sous les yeux, j’ai pu l’appréhender et le comprendre. Pour le public tout venant, il sera peut-être plus difficile de saisi le propos sous-jacent.

Les infos complémentaires

Il aura fallu douze années de labeur à Anup Singh pour produire Le Secret de Kanwar, dont cinq consacrées à la recherche de fonds nécessaires à la production du film. Une décennie au cours de laquelle, le réalisateur s'est énormément documenté et a enregistré plusieurs témoignages de réfugiés ayant vécu de près la partition des Indes de 1947. Le tournage du film a duré deux mois et la postproduction, un an.

Le Secret de Kanwar ayant lieu et place dans la région du Penjab, le réalisateur a longuement insisté pour que le film soit tourné en penjabi, langue parlée au Pakistan et dans une partie de l'Inde. Mais, étant d'origine du Bengali, l'actrice Tilotama Shome ne parlait pas un mot de la langue. Elle a dû mettre ses connaissances à jour pour les besoins du rôle.

Rebuté par le rôle du père sévère, Irrfan Khan (L'Odyssée de Pi, Slumdog Millionnaire) a d'abord été hésitant à se glisser dans la peau du personnage. C'est le réalisateur qui a su lui faire changer d'avis, en comparant le protagoniste du film au chanteur lyrique Pavarotti, qui malgré son visage dur, avait une voix d'or.

Le Secret de Kanwar a été présenté au Festival International du film de Toronto 2013, où il a décroché le prix NETPAC, puis au Festival du Film d'Abu Dhabi la même année, où l'actrice Tilotama Shome s'est vue décerner le prix de la meilleure actrice.

Le Secret de Kanwar a été tourné dans l'état du Penjab, en Inde.

Pour Le Secret de Kanwar, le réalisateur Anup Singh s’est inspiré de deux histoires qui l’ont profondément marqué. D'abord celle de son grand-père, qui a dû fuir son pays, la Tanzanie, et qui ne s’en est jamais remis. Mais surtout, une histoire qu'un sikh lui avait racontée : sa fille de 16 ans s’était suicidée en sautant dans un puits pour protéger son honneur : « Dans quels autres types de puits, nous retrouvons-nous à jeter ceux qui nous entourent, que ce soit pour des raisons politiques, religieuses, culturelles ou idéologiques ? En Inde, l’un de ces puits est assurément la condition de la femme, j’ai voulu en faire un film. »

Une fille étant souvent vue comme un fardeau dans les familles pauvres Indiennes, Kanwar est élevée par son père comme un garçon. Pour Anup Singh, cette quête d’identité soulève de vraies questions : « Jusqu’où peut aller le désir d’un père ? Qu'est-ce qui peut le pousser à posséder l’âme de sa propre chair ? Est-ce le désir de ne jamais mourir ? »

C'est de tradition sikh : les hommes ne doivent pas se couper les cheveux. Le réalisateur Anup Singh a ainsi grandi et, comme ses camarades, a vu ses cheveux pousser jusqu’à la taille. Devenus adolescents, ils nouent leurs cheveux dans un turban : « Tout d'un coup, l'affirmation de (la) part féminine disparaît au profit d’une apparence masculine et guerrière. C’est cette cohabitation du féminin et du masculin en une même et seule personne qui m’a inspirée. »

Titre original : Qissa : The Tale of a Lonely Ghost - Genre : drame fantastique - Nationalité : Indienne - Avec Irrfan Khan, Tilotama Shome et Tisca Chopra - Date de sortie en France : 03 septembre 2014 - Durée : 1 heure 49 - Année de production : 2013 - Distributeur : Zootrope Films.

f t g m