Copyright 2018 - Site by Misterdan

Chante ton bac d'abord réalisé par David André

Peut-on encore rêver quand on a 17 ans ? Film social et musical, Chante ton Bac d'abord raconte l’histoire tumultueuse et poétique d’une bande de copains à Boulogne sur Mer. Un an de la vie de cinq adolescents inséparables qui tenbsntent d’imaginer en chansons leur avenir après le bac.

Les chansons du film ont été imaginées par le réalisateur et les adolescents de Boulogne au fil des mois, des interviews, des moments partagés ensemble, ou des écrits échangés par e mail. Ce sont des "chansons du réel", liées à ce qui s’est déroulé pendant les 9 mois de tournage. Ces chansons ont été d’abord enregistrées très simplement dans une pièce de l’appartement de tournage de Boulogne, avec un piano ou une guitare, sur des mélodies composées par David André. Puis, avec le concours d’une équipe de musiciens professionnels parisiens travaillant (entres autres) pour le cinéma _ voir le collectif LoW ci-contre_ ces mélodies ont fait l’objet de premiers arrangements. Les lycéens ont écouté ces premières maquettes avant de passer un samedi aprem à "l'appart" pour faire une prise de voix définitive. Perrine Beaufils, une jeune journaliste ayant été formée au chant lyrique, les a aidés  - certains n’avaient jamais chanté - à vaincre leur trac et à s’approprier quelques techniques de respiration, à travailler sur des intentions. Puis, les chansons ont été finalisées à Paris par David André et le collectifLoW, avec l’aide de Grégoire Hetzel sur celles qui comprenaient des parties de cordes. Les onze chansons du film ont été enfin mixées par Yann Arnaud au studio Bidibul de Montreuil : les lycéens boulonnais ont eu l’honneur de passer dans les oreilles de celui qui avait déjà mixé Air, Phoenix ou encore les chansons des films de Christophe Honoré.

Chante ton bac d’abord raconte l’histoire tumultueuse d’une bande de copains de Boulogne-sur-Mer, une ville durement touchée par la crise. Un an entre rêves et désillusion. Imaginées par ces adolescents issus du monde ouvrier ou de la classe moyenne, des chansons font basculer le réel dans la poésie, le rire et l’émotion. Réalisateur de documentaires chevronné, David André s'attaque ici au sujet classique mais toujours d'actualité de l' "année du bac".

FIPA d'or du documentaire 2014, l’œuvre est ici double, à la fois profondément ancrée dans la réalité et poétique, chantée. Le contraste est d'autant plus fort que les jeunes gens choisis par le réalisateur évoluent dans une ville très terre à terre où l'économie est en crise : Boulogne-sur-Mer...

Mais sont tous un peu rêveurs, un peu artistes et suivent la filière L du lycée. Ce choix, sans doute plus proche de la sensibilité du réalisateur lui-même, ne semble donc pas vouloir rendre compte de la diversité des adolescents en France. Aspirants comédiens, cavaliers, voyageurs ou déjà musiciens, les personnages sont originaux, tendres, dépriment pour un canard ou se teignent les cheveux au cœur d'amourettes sans violence, sans déchirures flamboyantes. David André explique par ailleurs qu'il a choisi de ne "pas tout montrer", comme s'il avait fini par devenir tellement proche de ses personnages qu'exposer leur vie lui devenait difficile. Pourtant, c'est bien cette frontière entre le non-dit et le perçu qui heurte parfois, opposant les jolies relations familiales très lisses et les amitiés sans problèmes aux écueils qu'on devine cachés. Tout est presque trop beau autour des humains tandis que la ville, elle, est perçue comme un enfer sur terre pour les jeunes adultes : aucune chance n'est accordée à Boulogne-sur-Mer, où chacun déclare qu'il n'y a « aucun avenir » et que la fuite est toujours préférable. Pourtant, il s'agit probablement d'un endroit où des gens vivent, travaillent, s'émeuvent et se battent pour leurs idéaux comme ailleurs. A tant la diaboliser au travers de la crise, on en vient à se demander si la solution ne serait pas tout simplement au contraire d'endiguer la fuite, de croire en un avenir possible pour que celui-ci se produise ? Quid de la mer et des possibles d'une ville dont ne sont montrés que le mauvais temps et les voies ferrées désaffectées ? Tout est-il si manichéen ? Hormis ces quelques reproches, le film attrape facilement sympathie et intérêt de son public. En effet, ses jeunes adolescents sont attachants et complexes. Par ailleurs, ils ne chantent pas si mal (bien que non castés pour leur voix) et leurs interludes sont souvent touchantes. Les parents aussi, dans leur petite diversité et leurs remarques tantôt inquiètes, tantôt drôles, captivent. On touche à la fois à la vie véritable, aux "petites gens" qui n'ont ici rien de petit, et à une dimension universelle, artistique et poétique. La douceur et la bienveillance de la caméra de David André sont donc ici deux beaux outils qui façonnent la vérité en un objet intéressant, particulier et presque délicat. A noter qu'une diffusion sur France 2 devrait avoir lieu avant la sortie en salles.

Genre : documentaire - Nationalité : Française - Date de sortie en France : 22 octobre 2014 - Première date de diffusion télévisuelle : dimanche 19 octobre 2014 à 22 h 45 sur France 2 - Durée : 1 heures 22 - Producteur : Emmanuel François - Image : Thibault Delavigne - Montage : Bruno Joucla - Son : Laurent Rodriguez - Production Musicale : Vercors – LoW - Année de production : 2013.

f t g m

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données