Copyright 2018 - Site by Misterdan

Les chebabs de Yarmouk réalisé par Axel Salvatori-Sinz

Les Chebabs sont un petit groupe de garçons et de filles qui se connaissent depuis l'adolescence. Aujourd'hui, au seuil de l'âge adulte, ils ont une véritable soif de vivre et d'absolu, mais sont confrontés à des réalités complexes.

Entre le besoin de liberté et l'appartenance au groupe, le désir de révolte et la perspective d'une vie bien rangée, les choix sont difficiles ; mais tout l'est plus encore quand on est réfugié palestinien dans le camp de Yarmouk, en Syrie.

Axel Salvatori-Sinz est allé à la rencontre de jeunes Palestiniens, qui sont nés et ont grandi dans le gigantesque camp de réfugiés de Yarmouk, dans la banlieue de Damas, en Syrie. Son documentaire a été tourné juste avant le déclenchement de la guerre, et prend aujourd’hui une résonnance toute particulière. Durant un peu plus d’une heure, nous partageons le quotidien de ces jeunes gens, Ala’a, Hassan, Samer, Tasneem et Waed. Ils se retrouvent dans leurs appartements encombrés, ou sur les terrasses qui dominent le camp, ils jouent aux cartes, discutent, boivent du thé, méditent… Sont-ils si différents des jeunes de tous les pays du monde ? Non, ils nous parlent des mêmes rêves, des mêmes espoirs. Oui, sans doute, parce qu’eux échafaudent aussi des plans, juste pour se procurer un passeport – les enfants des réfugiés palestiniens sont eux-mêmes réfugiés et n’ont pas la nationalité syrienne –, échapper au service militaire, partir là où ils pourront vivre leurs passions artistiques, loin de la censure, de la corruption et du danger. Pourtant, ils sont viscéralement attachés à Yarmouk, où ils ont grandi. Et si leur avenir était ici, dans ce camp, parmi les leurs ?

Axel Salvadori-Sinz filme parfaitement ces moments d’attente, lorsque, les yeux dans le vide, ces jeunes semblent figés entre le passé et un destin incertain.

Lorsque s’achève le film, on est pris d’angoisse ; que sont devenus ces jeunes adultes et leurs espoirs ? Le camp de Yarmouk a été détruit à plus de 60 % par les bombardements et la famine. Hassan a été tué, sans doute torturé à mort par l’armée régulière syrienne. Et l’on ne peut s’empêcher de penser que là-bas, en Syrie, la situation aujourd’hui est encore infiniment pire que celle que nous montre Les chebabs de Yarmouk.

Pour autant, ce n’est pas un film triste, ou seulement tragique : ces mômes parviennent aussi à plaisanter, à aimer, à rêver, malgré tout. Un très beau documentaire, distingué dans de nombreux festivals, plein d’émotions et sublimé par une magnifique bande-son. À voir !

TiGenre : documentaire - Nationalité : Française – Durée : 1 heure 18 - Date de sortie : 18 mars 2015 - Distribution : Docks 66 - La Bande-Annonce.

f t g m