Copyright 2018 - Site by Misterdan

Dark Places réalisé par Gilles Paquet-Brenner

1985. Libby Day a huit ans lorsqu’elle assiste au meurtre de sa mère et de ses sœurs dans la ferme familiale. Son témoignage accablant désigne son frère Ben, alors âgé de seize ans, comme le meurtrier. 30 ans plus tard, un groupe d'enquêteurs amateurs appelé le Kill Club convainc Libby de se replonger dans le souvenir de cette nuit cauchemardesque. De nouvelles vérités vont émerger, remettant en cause son témoignage clé dans la condamnation de son frère.

 

C'est la troisième fois qu'un livre de Gillian Flynn est adapté en film, après Sharp Objects et Gone Girl. Dark Places est tiré du livre éponyme, publié en 2009.

L'intrigue n'est pas sans rappeler le drame que Charlize Theron a vécu alors qu'elle n'était qu'une enfant, lorsque sa mère tua son père qui la battait. Dans ce métrage, l'actrice incarne une femme qui, enfant, assiste aux meurtres des membres de sa famille.

Originellement, Christina Hendricks fut castée pour le rôle de Krissi Cates. Elle joue finalement Patty Day, la mère assassinée.

La littérature est une mine d'or pour le cinéma et Gilles Paquet-Brenner l'a bien compris : c'est en effet la cinquième fois que le réalisateur adapte un roman au cinéma, après Les Jolies Choses, U.V., Walled In et Elle s'appelait Sarah.

Le réalisateur Français Gilles Paquet-Brenner (Elle s’appelait Sarah) a décidé d’adapter le livre de Gillian Flynn (Gone Girl), parce qu’il avait été sensible à « l’équilibre entre un vrai thriller qui vous tient en haleine, et la peinture sociale d’une certaine Amérique ». Et cet équilibre se retrouve dans son film. C’est en effet un bon thriller qui déroule une intrigue assez originale, mais aussi un film qui propose plusieurs strates de lecture si l’on veut bien s’y attarder : réflexion sur la famille (les liens du sang et l’idée qu’ils pourraient déterminer qui nous sommes) ; et sur l’Amérique des années 1980 (la vie difficile des fermiers face à une société de profit qui n’hésite pas à les écraser, et une jeunesse en crise et en quête d’identité ou de spiritualité qui s’adonne au satanisme), mais aussi d’aujourd’hui (le Kill Club qui incarne bien pour moi ces gens qui poussent leur passion jusqu’à l’obsession, et souvent la déraison).

Le film nous épargne les clichés que l’on peut parfois trouver dans ce genre de film où l’héroïne est une victime. Il n’y a pas de héros, mais des êtres humains qui ont fait et font des choix, et doivent vivre avec leurs conséquences. La réalisation n’est pas poussive mais fluide, et organisée autour de flashbacks (comme dans Elle s’appelait Sarah) ; le passé et le présent se déroulent en parallèle pour nous amener, avec Le personnage principal (joué très sobrement par Charlize Theron), à la vérité sur ce qu’il s’est passé cette nuit de 1985. Et contrairement à Gone Girl, le film n’est pas trop long ! Bref, un bon thriller prenant et intelligent, bien orchestré et interprété.

Genre : thriller - Nationalité : Américaine - Avec Charlize Theron, Chloé Grace Moretz, Nicholas Hoult, Christina Hendricks, Tye Sheridan, Corey Stoll et Drea de Matteo - Date de sortie en France : 08 avril 2015 - Distributeur : Mars films.

f t g m