Copyright 2018 - Site by Misterdan

Qui veut tuer Jessie ? réalisé par Vaclav Vorlicek

Henri Beránek est un chercheur un peu lunatique, alors que sa femme, Rose, s'apprête, elle, à présenter une invention révolutionnaire, transformant les cauchemars en doux rêves. Mais, un effet secondaire étrange apparaît bientôt : le cauchemar disparaît… Pour se retrouver "pour de vrai" dans la réalité physique. Henri s"endort ce soir-là en lisant une BD de science-fiction dont l"héroïne est une plantureuse jeune femme…

Reprise d'un film culte sorti en 1966, Qui veut tuer Jessie a été conçu par son réalisateur comme une célébration, sur le mode comique, du potentiel subversif de la culture populaire.

Ce long-métrage s'avère en effet un film politique qui, par le ludisme même dont il fait preuve, critique la rigueur suffocante et intrusive de l'autoritarisme communiste.

Henri Beránek est un chercheur un peu lunatique, alors que sa épouse, Rose, s’apprête, elle, à présenter une invention révolutionnaire, transformant les cauchemars en doux rêves. Mais un effet secondaire étrange apparaît bientôt : le cauchemar disparaît… Pour se retrouver "pour de vrai" dans la réalité physique. Henri s’endort ce soir-là en lisant une BD de science-fiction dont l’héroïne est une plantureuse jeune femme… Reprise d’un film culte sorti en 1966, Qui veut tuer Jessie a été conçu par son réalisateur comme une célébration, sur le mode comique, du potentiel subversif de la culture populaire.

Ce long-métrage s'avère en effet une œuvre politique qui, par le ludisme même dont il fait preuve, critique la rigueur suffocante et intrusive de l'autoritarisme communiste. Cela commence comme un rêve (ou un cauchemar, selon le point de vue où l’on se place), celui de deux époux, tous deux scientifiques. L’homme s’inspire d’une bande dessinée pour essayer de créer un gant antigravitationnel qui donne à son porteur une force surhumaine ; la femme, qui par ailleurs porte la culotte dans le couple, a inventé une machine qui permet de transformer les rêves des gens. Seulement, l’invention a quelques effets secondaires non prévus : les personnages nés de l’imagination de son cobaye (en l’occurrence son mari) vont s’incarner dans la vie réelle. Débarquent alors une pulpeuse bimbo (interprétée par celle qui fut surnommée la « Brigitte Bardot » tchèque et posa dans Play-Boy), un Superman pas très malin et un cow-boy encore plus limité qui poursuivent la première pour récupérer les plans du gant antigravitationnel - vous suivez toujours ?

Et tandis que notre lunatique chercheur fera tout pour sauver la jolie Jessie, sa femme ne restera pas indifférente au musclé Superman. Le spectateur est embarqué dans deux lignes narratrices parallèles : les déboires du couple bien-sous-tout-rapports chamboulé par l’arrivée de Jessie et Superman, et les aventures des personnages de BD à la poursuite les uns des autres. La rencontre de ces deux univers, celui de la BD et celui de la réalité beaucoup plus terre à terre de la Tchécoslovaquie – rappelons que nous sommes en 1966 et que le régime est tout, sauf débonnaire - fait naître des moments d’une cocasserie indéniable.

Le réalisateur s’amuse à lancer quelques piques contre le régime, mais cela reste gentiment subversif. Le propos est ici de divertir, et les jolies trouvailles de Václav Vorlícek prêtent souvent à sourire, voire à rire franchement. Par exemple, les personnages du rêve lorsqu’ils s’expriment dans le monde "réel" le font par bulle, comme dans une bande dessinée, et les acteurs sont contraints de les lire, en même temps que le spectateur !

La critique politique, elle, est bien là, mais juste habilement et finement distillée, par quelques réflexions quasi anodines, sur le rôle de la science par exemple, ou encore l’obéissance aveugle qui vaut à un jeune policier de garder sans relâche une bouche d’égout ;-) On se retrouve au final avec une comédie attachante, souvent drôle, un bel hommage à la culture populaire et aux comics !

Titre original : Kdo chce zabít Jessii ? - Genre : Comédie SF - Nationalité : Tchécoslovaque - Durée : 1 h 21 - Avec Dana Medricka, Jiri Sovak et Olga Schoberová - Date de sortie en salles : 02 septembre 2015 - Bande-annonce.

f t g m