Copyright 2018 - Site by Misterdan

Notre petite soeur réalisé par Hirokazu Kore-Eda

Trois sœurs, Sachi, Yoshino et Chika, vivent ensemble à Kamakura. Par devoir, elles se rendent à l’enterrement de leur père, qui les avait abandonnées une quinzaine d’années auparavant. Elles font alors la connaissance de leur demi-sœur, Suzu, âgée de 14 ans. D’un commun accord, les jeunes femmes décident d’accueillir l’orpheline dans la grande maison familiale...

Après avoir exploré la psychologie d’une poupée gonflable avec Air Doll en 2009, la réalisateur de Tel père, tel fils (Prix du jury, Cannes 2013) Hirokazu Kore-Eda nous propose, cette fois-ci quatre poupées de chair et de (liens du) sang, quatre sœurs issues d’une histoire familiale chaotique. Transformée en gynécée, la vieille demeure familiale est devenue un havre de paix très végétal, où chacune va pouvoir se construire et se reconstruire.

Adapté du manga Kamakura Diary créé en 2007 par Akimi Yoshida, Notre petite sœur porte incontestablement la touche de Kore-Eda, d'emblée identifiable. La famille éprouvée par l'absence ou par le deuil reste son grand sujet. Et son style délicat et intimiste demeure.
Ce film était en compétition officielle au Festival de Cannes 2015 et a été nommé dans 8 catégories : Prix du scénario, Cannes Soundtrack, Grand Prix , Prix du jury , Prix de la mise en scène, Prix Fipresci Compétition Officielle, Queer Palm Mention spéciale et Prix François-Chalais.

Mais si ses autres films avaient d’emblée séduit à Cannes, Notre petite sœur divise la critique.
« Le cinéaste maintient l'équilibre mais le résultat est souvent lisse. Il y avait de la cruauté et de l'effroi dans ses meilleurs films. Cette fois, il y a surtout de la tendresse. Trop. Elle a moins de valeur », nous dit Télérama. « Doit-on parler d’un film positif et sincère ou, à l’inverse, d’une bluette naïve, voire complètement mièvre ? » s’interroge Le Monde. Pour Paris Match en revanche : « Aussi rafraîchissante qu’une salade d’algues subtilement assaisonnée, cette chronique familiale se déguste avec de délicates baguettes comme un mets raffiné », ou « cette saga familiale démontre au moins que les lois de l’amour ne sont pas mathématiques, car 3 sœurs + ½ sœur ne font pas 3 sœurs et demi, mais 4 ».

Au final ces critiques donnent vraiment envie de voir ce film qui promet une histoire rafraîchissante et tendre, servie par de très belles images.

Titre original : Umimachi Diary – Genre : Drame – Avec Haruka Ayase, Masami Nagasawa et Kaho - Nationalité : Japonaise – Durée : 2h08 – Date de sortie en salles : 28 octobre 2015.

f t g m

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données