Copyright 2018 - Site by Misterdan

Le prophète réalisé par Roger Allers

Sur l'île imaginaire d'Orphalese, une fillette espiègle de 8 ans, Almitra, fait la connaissance de Mustafa, prisonnier politique assigné à résidence. Une amitié improbable naît de cette rencontre inattendue. Mais le jour de leur rencontre, le gouvernement apprend à Mustafa qu'il est enfin libéré : les soldats le conduisent aussitôt à un bateau qui doit le ramener dans son pays.

En chemin, Mustafa fait part de sa conception de l'existence et de ses poèmes à la population d'Orphalese, tandis qu'Almitra le suit en secret. À chaque étape du parcours, elle imagine de somptueux paysages illustrant ses propos. Cependant, lorsque la fillette comprend que le gouvernement réserve un sort funeste à Mustafa, elle décide de tout tenter pour lui venir en aide.

Ce long-métrage est adapté du Prophète, un livre de Khalil Gibran, initialement publié en Anglais en 1923 et qui a connu un succès international, qui ne se dément pas : il est aujourd’hui traduit en plus de quarante langues.

Salma Hayek, productrice du film, a tenu à bout de bras ce projet presque insensé : porter à l’écran l’œuvre de Khalil Gibran, immense poète et philosophe Libanais. Le Prophète, ce sont 26 essais, qui professent une vision de la vie, puisant aux sources spirituelles de l’Orient et de l’Occident. Certains de ces textes résonnent dans nos mémoires, même si l’on ne sait plus qui les a écrits, par exemple celui sur les enfants, qui débute ainsi :

« Vos enfants ne sont pas vos enfants.

Ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même,

Ils viennent à travers vous mais non de vous.

Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas. »

C’est dire si la tâche pouvait sembler difficile, voire impossible ! Comment rendre la force poétique et lyrique de ces mots ? Le choix de l’animation est sans doute le plus pertinent, parce qu’il permet une liberté et une poésie qui résonnent avec le texte.

La comédienne s’est entourée des meilleurs pour mener à bien ce projet, à commencer par Roger Allers (Le roi Lion) à la réalisation. Si le fil narrateur est une animation assez classique - mais très réussie - ce n’est pas le cas des séquences qui illustrent les extraits de Gibran. La fine fleur de l’animation mondiale est ici réunie pour proposer à chaque fois des images très différentes, une sorte de galerie de tableaux où le spectateur peut donner libre cours à son imagination. Tomm Moore (Le chant de la mer), Bill Plympton (Les amants électriques) ou encore Johan Sfar (Le chat du rabbin), par exemple, se succèdent pour mettre en lumière l’un des thèmes abordés par Mustafa.

Cela parle de la vie, de la mort, de l’amour, de l’engagement, du courage de défendre ses idées, de la relation d’une mère et de sa fille, de la communauté et de la solidarité. C’est un film qui prend le temps, le temps de se poser, de réfléchir, de (re)donner du sens à sa vie. C’est formidablement abordable, un peu triste, un peu joyeux aussi, émouvant toujours. Les mots sont portés par ces images toutes différentes, qui éclairent les poèmes, jouent avec eux pour le bonheur des spectateurs, petits et grands. C’est ce qui fait la force du texte de Gibran, et que Salma Hayek a su préserver : cette faculté de parler à tous, au cœur de chacun, par l’émotion.

Titre original : The Prophet - Genre : Animation - Nationalité : Américaine - Durée : 1 h 24 - Avec Salma Hayek, Liam Neeson et John Krasinski - Date de sortie : 02 décembre 2015 - Bande-annonce.

f t g m