Copyright 2018 - Site by Misterdan

Film Familial - Heidi réalisé par Alain Gsponer

Heidi, une jeune orpheline, part vivre chez son grand-père dans les montagnes des Alpes suisses. D’abord effrayée par ce vieil homme solitaire, elle apprend vite à l’aimer et découvre la beauté des alpages avec Peter, son nouvel ami. Mais la tante d’Heidi, estimant qu’il ne s’agit pas là d’une éducation convenable, place la fillette dans une riche famille de la ville. Heidi va-t-elle supporter cette vie, loin de la montagne et de son grand-père ?

Je ne vous cache pas que je suis parti voir ce film POUR VOUS, lecteur de Place to Be, mais aussi pour mes filles qui adorent le dessin animée des années 80. Aussi, je suis parti le voir en me disant que je n'aurai aucune surprise, car je connais la version animée, mais aussi celle de la série live qui passé sur Antenne 2, il y a fort longtemps. Et c’est avec le générique dans la tête que je regarde ce film…

Et quel film !! L’histoire est fidèle au roman de Johanna Syri, mais on se laisse prendre par le jeu de la jeune actrice Anuk Steffen qui est espiègle, charmante. On aime son côté je profite de la vie, de la joie de vivre dans les pâturages. On (re)découvre ses relations avec les autres, son grand père, Peter, sa tante Dete, Klara, la méchante mademoiselle Rottenmeier. Et sans se rendre compte, on passe 1h51 à sourire de manière Idiote. Oui, le film passe vite, une légère longueur au début, mais cela passe vite, et on s’habitue vite a la petite Adélaïde. Le scénario n’est pas compliqué, et le film est regardable pour des petits enfants, je vous le conseille vraiment de le partager en famille. Petit coup de cœur pour la chanson de Barbara Pravi, car il n’est pas facile de passer après 2 génériques assez marquant concernant Heidi, mais elle réussit à nous donner un air entrainant à écouter a la fin du film. Concernant les critiques a faire, 2 points pour moi à noter : Le film se compose en 3 axes, et le premier, la partie avec le grand père, est trop court à mon goût : La relation et la complicité avec ce dernier est limite balayé au profit de la deuxième partie. Et c’est dommage. Second point, et honnêtement je me pose encore la question, pourquoi donner un accent au grand père ? L’action se passe en Suisse puis en Allemagne, les nom sont dans le contexte, alors pourquoi lui donner un accent bizarre alors que tout le monde s’exprime normalement ??? Des détails je sais. En tout cas, je recommande chaudement ce film pour les vacances de février 2016, c’est un vrai coup de cœur.

Il y a peu de chances de rencontrer quelqu'un qui n’a pas ses propres souvenirs de Heidi. Certains se souviennent immédiatement de la chanson de Gitti & Erika qui accompagnait dans les années 70 la diffusion de la série d'animation Japonaise Heidi, fille des Alpes de Hayao Miyazaki. D'autres évoquent Shirley Temple ou l'adaptation Suisse des années 50 qui est considérée comme un classique du cinéma de langue Allemande de l'après-guerre. D'autres encore y associent le souvenir d'une romance de montagne dans une nature vierge. Des noms comme Peter, Grand-père ou Mademoiselle Rottenmeier ressurgissent dans les mémoires. Et d'autres aussi font état de leur lecture des romans fascinants et intemporels de Johanna Spyri qui a porté Heidi sur les fonts baptismaux dans la seconde moitié du XIXe siècle. Cette grande variété de souvenirs est d’un côté une malédiction : chacun a sa propre opinion de Heidi.

Sa renommée est aussi une bénédiction : il n'y a pas besoin d'expliquer qui est Heidi. Son histoire est universelle. Ses thèmes sont toujours d'actualité. C'est pourquoi l'aventure de cette jeune orpheline Suisse, enlevée de ses Alpes des Grisons et envoyée dans une famille bourgeoise de Francfort, peut être réinventée à l'infini.

En chiffres

Les romans Heidi ont été traduits en plus de 50 langues et vendus à plus de 50 millions d'exemplaires. On compte 123 éditions Japonaises dont 21 mangas et 28 livres pour enfants.

500 enfants ont été auditionnés pour les rôles de Heidi et de Peter.

Plus de 500 figurants ont participé au film.

Des centaines d'objets de décoration ont été fabriqués pour le film.

Tous les costumes ont été réalisés en 3 exemplaires.

Près de 25 personnes ont, pendant 3 semaines, redonné au village de Latsch son aspect du XIXe siècle.

Deux énormes camions de déchets végétaux - faits de paillis, gazon et sable - et 500 kilos de neige artificielle ont été déversés sur les chaussées du village et ont rendu au revêtement son aspect du XIX e siècle.

75 chèvres ont participé au film, dont 2 offertes en cadeau à Quirin Agrippi (Peter) le dernier jour du tournage. La locomotive à vapeur, « Albula », est en activité sur la ligne Albula dans les Grisons, l’une des lignes les plus étroites et les plus spectaculaires au monde : 62 kilomètres de long, 144 ouvrages d’art, 42 tunnels. Le chalet du grand-père est situé à 1900 mètres d’altitude dans les Alpes

Genre : Famillial - Nationalité : Suisse - Date de sortie : 10 février 2016 - Avec Anuk Steffen, Bruno Ganz, Quirin Agrippi - Durée : 1 h 51 - La BA est ici.

f t g m