Copyright 2018 - Site by Misterdan

Justice League réalisé par Joss Whedon

Après le décès tragique de sa fille, Zack Snyder quitte le film en laissant les clés à Joss Wheadon.

Après avoir retrouvé foi en l'humanité, Bruce Wayne, inspiré par l'altruisme de Superman, sollicite l'aide de sa nouvelle alliée, Diana Prince, pour affronter un ennemi plus redoutable que jamais. Ensemble, Batman et Wonder Woman ne tardent pas à recruter une équipe de méta-humains pour faire face à cette menace inédite. Pourtant, malgré la force que représente cette ligue de héros sans précédent – Batman, Wonder Woman, Aquaman, Cyborg et The Flash –, il est peut-être déjà trop tard pour sauver la planète d'une attaque apocalyptique… Le film met en scène pour la première fois à l'écran la Justice League, réunissant Ben Affleck, Henry Cavill, Gal Gadot, Jason Momoa, Ezra Miller et Ray Fisher.

Justice League souffre de sa production complétement chaotique. A l'image d'un monstre de Frankenstein, il est à la fois suite de Batman V Superman, pierre angulaire du DC Extended Univers et introduction de Flash et Cyborg. Autant vous dire que la pression était forte sur ce film.

Voulant s'assurer le meilleur résultat au box-office avec l'espoir d'atteindre enfin le milliard, il ne restait qu'une méthode : copier ce qui fonctionne auprès du grand public aka faire comme Marvel Studios et son avalanche de blagues. Voulant mettre toutes les chances de son côté, Warner Bros décide d'embaucher Joss Whedon, le réalisateur des deux premiers volets d'Avengers, chacun ayant décroché le milliard, après le départ de Zack Snyder dès suite d'un drame familiale.

Dès lors, le film ne cessera d'alterner de vision entre celle de Snyder, plus iconisée et épique, et celle de Whedon qui fait ce qu’on lui demande de faire sans beaucoup d'ambition.

Cette double identité a très probablement causé le coup fatal. Néanmoins, tout n'est pas à jeter.

Batman reste solide bien que toujours aussi fade, Jason Momoa est plutôt anecdotique malgré une belle scène avec sa femme Mera à Atlandide. Ainsi, c'est Wonder Woman et son interprète Gal Gadot qui sauve littéralement le film du début à la fin.

Son arc scénaristique est suffisamment fidèle aux récits papier pour bénéficier d'un développement cohérent et prenant. Elle endosse le rôle qui aurait pu revenir à Superman de belle manière. C'est vraiment grâce à elle que les interactions et la cohésion du groupe fonctionne.

D'ailleurs en parlant de Superman, il faut savoir que durant le tournage, Henry Cavill était doté d'une moustache des plus proéminente.

De ce fait, des millions de dollars ont été débourser en effets spéciaux pour la faire disparaitre en post-production. Visible dès la première scène, le résultat est véritablement abominable et sors le spectateur du film alors qu'il venait tout juste de s’y émerger. D'ailleurs, niveau CGI horrible, l’intégration du visage de Ray Fisher sur son corps de Cyborg se pose là, dans le haut du panier tandis que Flash ne bénéficie d'aucune trouvaille sur la manifestation de ses pouvoirs en plus d'être doté d’un humour et d'une iconisation des plus étrange.

Le vilain du film, Steppenwolf est tout ce qu’il y a de plus anecdotique alors que tous les fans s’attendaient à voir enfin Darkseid apparaitre. Bon, j’ai certes dressé un portrait peu flatteur du film mais c'est surtout qu'il est victime d'énormément de mauvaises décisions du studio Warner. Il reste un blockbuster d’action super-héroique sans saveur mais qui pourra toujours satisfaire ceux qui ont faim et qui ne craignent pas l'indigestion.

Avec Ben Affleck, Gal Gadot, Ezra Miller, Ray Fisher, Jason Momoa, Amy Adams, Jeremy Irons et Diane Lane - Date de Sortie : 15 novembre 2017 - Durée : 2h.

f t g m