Copyright 2017 - Site by Misterdan

La Passion Van Gogh réalisé par Dorota Kobiela et Hugh Welchman

Sept ans de travail, quatre millions et demi d’euros de budget, une campagne Kickstarter qui a rassemblé 796 contributeurs, un scénario basé sur 800 lettres écrites par Van Gogh et mis en images grâce à 66 960 plans peints à la main, dix jours pour peindre une seule seconde de film…

Paris, été 1891, Armand Roulin est chargé par son père, le facteur Joseph Roulin, de remettre en mains propres une lettre au frère de Vincent van Gogh, Theo. En effet, la nouvelle du suicide du peintre vient de tomber. Armand, peu enchanté par l’amitié entre son père et l’artiste, n’est pas franchement ravi par sa mission. À Paris, le frère de Van Gogh est introuvable. Le jeune homme apprend alors par Père Tanguy, le marchand de couleurs du peintre, que Theo, visiblement anéanti par la disparition de son frère aîné, ne lui a survécu que quelques mois. Comprenant qu’il a sans doute mal jugé Vincent, Armand se rend à Auvers-sur-Oise, où le peintre a passé ses derniers mois, pour essayer de comprendre son geste désespéré. En interrogeant ceux qui ont connu l’artiste, il découvre combien sa vie a été surprenante et passionnée. Et que sa vie conserve une grande part de mystère.

La réussite de cette animation tient au fait qu'elle restitue parfaitement l'âme du peintre de génie : sa profonde tristesse, son décalage avec la société qui l'a vu naître, ... Bien sûr, il ne s'agit pas d'une reproducion de la réalité (j'ai pensé à l'oeuvre Joan Sfar, ses BD, ses films. Sa structure ressemble à Citizen Kane : rien que ça.). On se retrouve face à un exercice de style. Vraiment très réussi, d'ailleurs ! L'image et la réalisation sont carrément parfaites.

Titre original : Loving Vincent - Genre : animation - Nationalités : Britannique, Polonaise - Date de sortie : 11 octobre 2017 - Durée : 1h34 - Avec les voix Françaises de Pierre Niney, Chloé Berthier et Xavier Fagnon - Distributeur : La Belle Company.

f t g m