Copyright 2017 - Site by Misterdan

Les Bienheureux réalisé par Sofia Djama

Affiche Les Bienheureux

Mercredi 13 décembre 2017 est à marquer d’une pierre blanche car outre la sortie du dernier Star Wars : Les Derniers Jedis, c’est aussi le jour de la sortie du premier long-métrage de la jeune et talentueuse réalisatrice algérienne, Sofia Djama, Les Bienheureux.

Récemment honoré du prix de la Meilleure Actrice du Festival de Venise pour la prestation de Lyna Khoudri dans le rôle de Feriel, Les Bienheureux évoque un sujet difficile presque tabou : l’après-guerre algérien.  L’histoire se situe à Alger, en 2008, quelques années après la fin de la guerre civile. Amal et Samir, couple bourgeois formé par Nadia Kaci et Sami Bouajila, s’apprêtent à fêter leur 20 ans de mariage au restaurant. Mais cette nuit-là, ils vont devoir rompre avec ce rituel et faire face à l’échec socio-politique de leur pays dont ils sont en partie responsables...

Anciens militants, ils ont participé aux émeutes d’octobre 1988 pour la fin du parti politique unique et l’ouverture démocratique de l’Algérie. Les voici 20 ans plus tard, à l’heure du bilan, évoquant chacun leur rapport à leur pays. Amal a perdu ses illusions et souhaite plus que tout changer le destin de leur fils, Fahim, 18 ans, en l’emmenant en Europe. Samir, plus patriote, est résigné à rester et à s’accommoder du pays tel qu’il est. Au même moment, Fahim et ses amis, Feriel et Reda errent dans une Algérie différente de celle de leurs aînés, sous tension, mais dans laquelle ils trouvent des espaces de liberté en continuant de rêver et en créant leurs propres codes…

Les Bienheureux, titre ironique, pose des mots sur une souffrance algérienne indicible et pourtant bien palpable, sur un déchirement national et générationnel. Comment être heureux après tant d’années de terreur, de visions idéologiques brisées et de deuils non faits ? Comment garder l’espérance et l’abnégation nécessaire pour croire et consacrer sa vie au tant souhaité renouveau algérien ? Il ouvre le dialogue, là où les yeux fuient, où les langues n’osent plus.

Amoureuse d’Alger, Sofia Djama fait de la ville un personnage urbain, complexe et vivant dont les différents visages rythment la narration. L’histoire est bien menée, la tension monte crescendo, les acteurs magnifiques, incarnent leurs rôles à la perfection.

Un très beau film, sensible, touchant, intelligent et audacieux sur l’Algérie d’aujourd’hui. A aller voir absolument !

Genre : Drame - Nationalité : Français - Date de sortie : 13 décembre 2017 - Durée : 1h42 - Avec Sami Bouajila, Nadia Kaci, Faouzi Bensaïdi, Amine Lansari, Lyna Khoudri, Adam Bessa - Distributeur : Bac Films

f t g m