Copyright 2018 - Site by Misterdan

SOS Fantômes réalisé par Ivan Reitman

Peter Venkman, Raymond Stantz et Egon Spengler, chercheurs à l'université, sont radiés de leurs postes. Ils décident alors d'ouvrir une société d'investigations paranormales nommée SOS Fantômes (en VO Ghostbusters1). Rejoints par un quatrième membre, Winston Zeddemore, ils deviennent bientôt le seul espoir du monde face à Gozer, un dieu sumérien malveillant qui se téléporte dans notre monde grâce à un immeuble maléfique érigé par ses fidèles à Central Park West, dans la ville de New York.

L'origine du film est basé sur une idée originale de l'acteur Dan Aykroyd. L'idée mise au point par Aykroyd et son ami John Belushi est le portrait d'exterminateurs futuristes qui, à travers l'espace et le temps, pourchassent des fantômes. La mort de Belushi en 1982 altère les plans et Bill Murray est engagé pour remplacer Belushi. Harold Ramis assiste à la finalisation du script et change le futur pour la ville de New-York, moins cher à produire. Le concept est né. De jeunes scientifiques démarrent une entreprise qui chasse des fantômes en tant que service facturé. Le titre devait être Ghost Smashers, mais il a été changé peu avant la sortie du film pour Ghostbusters.

Le rôle de Winston Zeddemore fut à l'origine proposé à Eddie Murphy mais ce dernier refusa pour faire Le Flic de Beverly Hills.

Le film a été tourné entre autres à New York et à la Los Angeles Public Library. La plupart des scènes dans New York ont été tournées sans autorisations. Le hall d'entrée de l'hôtel Sedgewick où les héros capturent l'enzyme glouton dit Bouffe-Tout, qui fait penser à celui du Waldorf-Astoria, est en réalité celui de l'hôtel Biltmore de Los Angeles dont le hall est plus élégant et plus spacieux. Le passage où Peter Venkman rouvre les grandes portes de la salle de réception en s'écriant « On est venu, on a vu, il l'a eu dans le cul ! » a été filmé en dix prises, Ivan Reitman demandant à Bill Murray de sortir une réplique différente à chacune d'elles. Une de ces prises, comportant la phrase « C'était un grand moment de franche rigolade ! », a été utilisée lors d'un petit remontage de la scène pour la diffusion à la télévision Américaine qui désapprouve l'utilisation du terme "Cul".

200 litres de mousse à raser conçu pour le Bibendum Chamallow ont accidentellement été déversés sur un des acteurs.

f t g m

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données