Copyright 2019 - Site by Misterdan

The Cute Girl Network

Jane est nouvelle à Brookport. Alors qu’elle fait une chute en skateboard en face du stand de soupe ambulant de Jack, ce dernier prend son courage à deux mains et lui propose un rencard. À l’issue de leur premier rendez-vous, Jack, à la fois mignon et touchant de maladresse, laisse une très bonne impression à Jane. Mais c’est sans compter sur le « Cute Girl Network » : un réseau d’information ultra-pointu alimenté par toutes les jeunes femmes du quartier. Elles y recensent leurs bonnes et, surtout, leurs mauvaises expériences avec certains garçons. Jane s’apprête donc à découvrir dans les moindres détails la vie sentimentale trouble de Jack.

L’amour sera-t-il plus fort malgré tout ?

J’ai beaucoup apprécié cette lecture.

Ces derniers temps, je lisais beaucoup de Fantasy/Science-Fiction pleine d’action et d’aventures et du coup je voulais changer de registre juste pour un moment.

Mon choix s’est donc porté sur The Cute Girl Network de Greg Means, MK Reed et Joe Flood. Et bien je peux vous dire que ça fait du bien par où ça passe, si vous me pardonnez l’expression.

Le CGN représente les fameux conseils que nos amis n’hésitent pas à nous donner (ou imposer plutôt) sur ce qui est le mieux pour nous particulièrement en ce qui concernent nos relations amicales et privées. On en a tous reçus et tous donnés. Cela crée une ambiance familière, que l’on connait bien si ce n’est de l’avoir vécu. Le propos est donc assez universel en plus d’être intéressant.

Il y a un certain aspect éducatif aussi. Peut importe votre sexe, The Cute Girl Network a quelque chose de pertinent à transmettre. En effet, Il y a certains passages où l’on suit Jane s’épanouir dans l’univers – misogyne, ne nous cachons pas - du Skate, qui va trouver un certain écho particulièrement chez les lectrices victimes d’harcèlement de rue. Alors qu’un skateur lui fait du « rentre-dedans » avec insistance et balance quelques clichés sexistes, Jane s’emporte et à raison et lui lance une réflexion qui signifie beaucoup : « Tu crois que c'est la première fois que je me tape cette conversation ? Ou même la centième ».

On est vraiment mis dans la peau de Jane, on sent sa frustration et cette triste lassitude de devoir vivre encore une fois cette situation pénible. On a une sensation de « alors, c’est ça ce que ca fait d’être une fille ». Un sentiment renouvelé lors des discussions sans prise de tête qu’elle a avec ses amies.

D’ailleurs pour ce qui est des personnages secondaires, même si les ex peuvent paraitre méchantes, à chaque fois cela part d’un bon sentiment celui de protéger Jane de commettre, selon elles, une erreur qu’elle pourrait regretter plus tard. Dommage que les colocataires de Jack qui n’ont pas bénéficié d’une écriture plus profonde alors qu’ils en avaient le potentiel.

A la fin de la BD, les collègues de Jane changent leurs perceptions des femmes et comprennent qu’elles ont autant de légitimité que les hommes d’avoir des passions et de les pratiquer peut importe ce qu’en pense la société.

Le dessin en noir et blanc est très cartoony rappelant ce que fait Bryan Lee O'Malley sur ses œuvres notamment Scott Pilgrim. Les cases de Joe Flood fourmillent de détails en parfait contraste avec la simplicité du design des personnages.

Mignon, frais, drôle, cartoony sont ce qui définit le mieux The Cute Girl Network

Glénat a publié les 5 premières pages ici

Editeur : Glénat - Scénario : Greg Means et MK Reed - Dessin : Joe Flood - Date de parution : 24 février 2016 - 184 pages noirs et blanc - Prix : 18 €.

f t g m