Copyright 2019 - Site by Misterdan

Hans Fallada, Vie et Mort du Buveur de Jacob Hinrichs

Hans Fallada est emprisonné, puis interné en hôpital psychiatrique pour avoir, sous le coup de l’alcool, tenter de tuer sa femme. En détention il écrit l’histoire d’Erwin Sommer, et de sa descente aux enfers de l’alcool.

 

Rudolph Ditzen, dit Hans Fallada (1893-1947), est l’auteur du chef-d'œuvre de la littérature allemande Seul dans Berlin. Il a passé la majeure partie de sa vie entre prison et institutions psychiatriques. La cause : une dépendance incurable à l'alcool et à la morphine, sans doute les seuls refuges offerts en ces temps de grande violence à un esprit aussi lucide et sensible que le sien. Dans son roman le plus autobiographique, Le Buveur, Fallada prête ses propres faiblesses au personnage du négociant Erwin Sommer, son alter ego dans l'errance et la déchéance sociale.

Pour évoquer cette descente aux enfers, le talentueux Jakob Hinrichs, à qui l'on doit déjà l'adaptation graphique du Traumnovelle d'Arthur Schnitzler, qui servit de base à Kubrick pour son Eyes Wide Shut, rassemble dans un même récit l'auteur et son personnage. Croisant ses sources avec une précision d'orfèvre, il trace le portrait d'un génie littéraire pris en étau entre la fièvre artistique et l'addiction, dessine l'éloge de l'ivresse et de l'abandon de soi au cœur d'un Reich tenaillé par les tourments d'un mal infiniment plus grand.

Le mélange des deux histoires, celle de l’écrivain, et celle de son personnage, nous entraîne dans un tourbillon vertigineux. La délimitation entre la fiction et la réalité est très mouvante, et on perd vite ses repères. Il faut se laisser guider par les planches superbement et étrangement mises en couleurs par Jacob Hinrichs. Sur un fond souvent noir, les couleurs éclatent leurs rouges, leurs bleus et leurs jaunes purs, mettant en valeur un dessin coup de poing.

Hans Fallada, Vie et Mort du Buveur faisait partie de la sélection officielle du Festival BD d’Angoulême 2016.

Éditeur : Denöel – Collection : Denöel Graphic – Traduction : Laurence Courtois – Date de parution le 13 novembre 2015 – 160 pages – 22 €

f t g m