Copyright 2019 - Site by Misterdan

Auguste Renoir de Dodo et Ben Radis

Ce soir-là, dans un cabaret, Auguste Renoir, peintre, rencontre Erik Satie, musicien. Outre une passion pour l’art, les deux hommes se découvrent un autre point commun : la belle Suzanne Valadon, muse et modèle. L’occasion pour les deux hommes de discuter et pour Renoir de se rappeler ces séances de poses plutôt tumultueuses avec la belle.

Enfin ! Il aura fallu attendre un certain nombre d’albums pour que le sujet d’une des bandes dessinées de la collection Grand Peintre cause enfin des peintres. Jusqu’à présent, les peintres ou leurs œuvres n’étaient qu’un élément de l’intrigue, un indice ou un témoin pour élucider un crime (Courbet), une évocation lointaine d’une toile, etc.
Avec Auguste Renoir, nous avons enfin ce que nous venions chercher dans cette collection. Des souvenirs mis en images, les relations complexes des artistes avec leurs modèles. Reste à se demander si le véritable sujet n’est pas Suzanne Valadon et non Renoir, mais ce serait pousser un peu loin une réflexion que nous ne ferons pas. Bref, un album pas trop mal ficelé, mais dont la fin tombe complètement à plat. De Suzanne, nous ne verrons pas l’œuvre, alors que presque toute la seconde partie de la BD est centré sur sa volonté farouche de peindre. Si la rivalité entre Aline et Suzanne existe, elle n’est pas moins relativement légère, la seconde prend la place de la première sans en être la cause, et même si cette rivalité est montrée, elle n’est pas un point central de l’intrigue. Mais cela reste une histoire sympathique, qui se laisse lire.
Reste un dessin un peu en dessous ce que l’on peut attendre, toujours pas (mais cela, quasiment tous les autres albums de la série semblent en prendre ce parti-pris) en accord avec le style graphique du peintre. Dommage, ça aurait pu apporter un vrai plus à cet album, d’autant que de Renoir, nous ne verrons aucune toile au sein de l’album. Il faudra attendre le cahier pédagogique de fin pour voir véritablement le talent de ce peintre incontournable de l’histoire de l’art.
Si cet album ne rend pas justice au peintre, il faut peut-être laisser de côté l’aspect histoire de l’art, oublier que l’on est dans une collection « Grand Peintre », pour se concentrer sur cette histoire en faisant fi des personnages et de leur réalité. A ce compte-là, nous sommes en présence d’un album sympathique, à la fin un peu bancale, et au dessin parfois brouillon.
Une lecture sympathique en somme.

Editeur : Glénat – Scénario : Dodo – Dessinateur et coloriste : Ben Radis –Date de sortie : 15 juin 2016 - 56 pages – Prix : 14,50 €.

f t g m