Copyright 2019 - Site by Misterdan

Le Haut Palais - Tome 1 : Pacte d'Obsidian de Mike Carey et Peter Gross

Dans le pays d’Ossaniul, il existe une forteresse aussi démesurée qu’inaccessible : le Haut Palais. En maîtres des lieux, les membres de la noble famille d’Aldercrest y règnent sur une véritable armée d’esclaves. Au plus bas de l’échelle, le jeune Moth effectue les tâches les plus ingrates et a raisonnablement peu d’espoir de vivre longtemps. Jusqu’au jour où il fait la connaissance d’Obsidian, une mystérieuse entité prisonnière des lieux qui lui parle dans son sommeil. Si Moth fait ce qu’il lui demande, Obsidian lui promet fortune et gloire. Va-t-il accepter ce marché ?

À travers une subtile uchronie, Le Haut Palais nous transporte dans un pays fictif très proche des royaumes des Balkans au XVIe siècle. Mike Carrey et Peter Gross (Lucifer, The Unwritten) tirent de ce contexte un captivant récit fantastique qui porte une réflexion sur l’âme humaine, nous décrivant comment un jeune esclave va tout tenter pour se sortir de sa condition.

Je n'ai pas trop apprécié les dessins qui ne sont pas très précis au démarrage de l’histoire. Ils ne paraissent pas aboutis, mais deviennent au fil des pages plus travaillés.
J’ai aussi eu un peu de mal à situer le scénario : un homme sorcier, un enfant esclave vendu par sa mère pour qu'elle puisse nourrir ses autres enfants, suivis d'un long périple vers le Haut Palais, la nouvelle demeure de Moth...

La mise en place de l'histoire me paraît longue. Le contexte n’apparaît qu’au tiers du récit. On nous raconte l’histoire du seigneur Aldercrest, celui qui a acheté le jeune garçon, et comment la noble famille d’Aldercrest a acquis le Haut Palais.
Le jeune garçon Moth semble important pour le sieur Aldercrest sinon il ne lui attacherait pas tant d’importance, mais on ne connait pas les réelles motivations du maître des lieux.
Par la suite Moth deviendra couvreur avec l’aide de Fless, sa patronnesse, qui lui apprendra toutes les ficelles du métier.
L'histoire du pays d’Ossaniul est brièvement évoquée. Mais pas sous forme de BD plutôt sous forme d'histoire contée.

Au final mon avis est mitigé car, si l’histoire est trop longue à démarrer, la fin par contre est vraiment très bien, et on se demande ce qu'il va se passer par la suite. A partir du moment où l'enfant se retrouve comme esclave dans le Haut Palais, les choses changent ainsi que l'ambiance. Il y a la voix que Moth entend le soir quand il fait nuit et qu'il est le seul à entendre. Cette voix à qui appartient-elle ? Pourquoi l’emmène-t-elle dans les souterrains du Haut Palais ? La question reste en suspend, et on attend la suite avec impatience.

Éditeur : Glénat - Collection : Hors Collection – Scénario : Mike Carey - Dessin : Peter Gross - Date de parution : 07 juin 2017 - 64 pages - Prix : 14,95 €

f t g m