Copyright 2019 - Site by Misterdan

Samurai origines - Tome 1 Takeo de Jean-François Di Giorgi, Vax et Stéphane Paitreau

Takeo n’est qu’un enfant lorsqu’il bat l’horrible Shusaké, son maître. Malheureusement, il n’a pas respecté la voie du Buddho et doit en subir les conséquences. La punition tombe. Il est expulsé du monastère et se retrouve livré à lui-même. Son seul espoir, maintenant, est de suivre l’enseignement de maître Kazé, mais le chemin qui y mène est pavé d’embuches et il avance à travers un territoire très hostile.

Voici l’album pour retourner aux sources de l’histoire du jeune Takeo et découvrir l’enfance du héros de la série Samurai.

Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde avec cette lecture. Car, si ce tome n’est pas particulièrement marrant, il est passionnant. On plonge dans un Japon féodal avec toute sa violence, toutes ses règles et toute sa beauté (on y reviendra sur la partie graphique). La question de l’apprentissage des arts martiaux est vraiment traitée avec pertinence, lorsque le jeune Takeo ne peut prendre pour enseignant l’homme avec qui il a le plus d’affinité. L’histoire est pleine de rebondissements, on est toujours à se faire surprendre au dernier moment. On ne connait que très peu les pensées des personnages, parfois un peu celles du héros, mais ce n’est pas une gêne, c’est au contraire, un vrai plaisir d’être étonné des actions ou des évènements. Il y a également un vrai respect de la culture et de la philosophie japonaises, qui, même si elle sont adaptées, restent très amusantes.

Le dessin est sublime, que se soit dans les gestes d’arts martiaux qui sont bien représentés, les paysages qui nous font voyager ou les costumes qui nous font rêver. Le coup de crayon a une façon de mettre du mouvement qui est géniale, on est dans l’élan, ce n’est pas figé. Sauf lorsque le temps s’arrête, pour un échange de regard ou pour laisser au héros le temps de penser. Les arrières plans sont sublimes ils nous permettent de nous imaginer sur un autre continent sans mal. Les costumes ont tout ce qu’il faut de traditionnel pour nous donner envie d’avoir les mêmes. J’ai particulièrement apprécié les jeux de luminosité et de couleur, apportant de la nuance au dessin, de la profondeur parfois. Le dessin permet aussi de briser les lignes, et d’accélérer l’histoire ou au contraire de la ralentir en cloisonnant beaucoup plus certaines pages.

Bref, un très bon volume qu’il faut avoir sur ses étagères, et qui donne envie de lire toute la série.

Editeur : Soleil – Collection : Aventure – Scénario : Di Giorgi Jean-François – Dessin : Vax – Couleur : Paitreau Stéphane  – Date de parution : 13 septembre 2017 – 48 pages – Prix : 14,50 €

f t g m