Copyright 2019 - Site by Misterdan

L’homme gribouillé de Serge Lehman et Frederik Peeters

A 40 ans passés, Betty Couvreur vit dans l’ombre de sa mère Maud, auteur de livres pour enfants. Pourtant, depuis des années, Maud subit l’emprise d’un terrifiant maître-chanteur, Max Corbeau. Betty l’apprend et se retrouve projetée dans une quête des origines en compagnie de sa propre fille, Clara. Voyage initiatique au pays des monstres et des merveilles avec au bout, peut-être, un secret venu du fond des âges.

L’univers graphique de Frederik Peeters est très souvent fantastique, voire « barré », c’est pour ça que je l’aime. Il ne faut pas forcément chercher à comprendre, par exemple dans Pachyderme ou Pilules bleues ce ne sont qu’une longue série de bizarreries oniriques.

Dans L’homme gribouillé, hormis le fait qu’il pleuve tout le temps, les choses semblent assez normales au début. Et au fur et à mesure (comme il y a 328 pages à cette histoire on a le temps de s’installer dans l’univers) certains détails dérapent, montrent qu’il y a du fantastique dans ce récit. Je me suis laissée transporter avec délices. Même si on est dans du noir et blanc qui semble froid au premier abord, les ombres donnent de la consistance aux personnages, puis aux décors. Le récit est trépident jusqu’à un paroxysme spectaculaire, un véritable feu d’artifices, sans couleurs puisqu’on est dans un paysage de neiges.

Clara et Betty sont très attachantes, leurs bizarreries aussi. Le pantalon rayé de Betty lui donne un petit air de Musky du Vagabond des Limbes, personnage de ce classique de la science fiction de Christian Godard et Ribéra. Mais on est plus dans un univers de rêves ou plutôt de cauchemars, avec des monstres et des histoires à faire peur pour les enfants, que dans la science fiction. On parle aussi de sorcellerie, sans filtres ni incantations, mais avec sorcière et chat noir... et de mythologie judaïque.

Bref les références sont légion, le scénario est riche. Pas de temps mort, une vraie fin, tout est parfait dans ce magnifique ouvrage. Il y a eu un assez gros « matraquage » sur internet pour l’annonce de sa sortie, mais c’est justifié, il faut faire connaître ce petit chef d’œuvre. Du très bel ouvrage. En tout cas, je vais m’y employer et suivre maintenant le scénariste Serge Lehman que je ne connaissais pas.

Éditeur : Delcourt – Genre : Polar fantastique – Scénario : Serge Lehman – Dessin : Frederik Peeters – Date de parution : 17 janvier 2018 – 328 pages - Prix : 30 €

f t g m