Copyright 2019 - Site by Misterdan

Placerville de Christophe Bec et Cyrille Ternon

Quelque part sur une route de campagne, aux États-Unis. Une mère et sa fille croisent sur le bas-côté une énigmatique petite fille dont le visage est caché par ses longs cheveux noirs. Que peut bien faire une enfant toute seule dans un endroit si isolé de tout ? Elles décident de s’arrêter pour en avoir le cœur net. Elles n’auraient jamais dû… Combinant les codes du film de revenants façon The Ring à ceux du road-movie, Placerville est un récit surnaturel et effrayant qui ne vous fera plus prendre la route de la même manière…

Le récit en noir et blanc se révèle très cinématographique autant dans le scénario que dans le graphisme. Comme la légende en France de la dame blanche, la route 50 escarpée est hantée, c’est une histoire que l’on se raconte pour se faire peur car de nombreux automobilistes ont croisé la silhouette de la même petite fille. Les époques se croisent dans le récit, avec cette même histoire qui perdure. Le passé s’explique peu à peu, et explique le présent bien sûr. Les différents protagonistes sont bien distincts, on ne se perd pas dans les époques.

C’est une belle enquête policière avec tous les codes des films américains, car même si les auteurs sont français, on est loin des histoires extraordinaires de Pierre Bellemare... Le shérif a le chapeau et l’étoile, il va dans le café du coin au « Candice snack », et la neige qui envahit la route 50 empêche de trouver les indices et les carcasses des voitures accidentées. Le genre est bien respecté, et j’ai aimé le fait que ce soit une enquête résolue, finie. Le lieu circonscrit de l’enquête, dans la montagne, ajoute du cadrage. Seul regret, le manque de couleurs, qui auraient sans doute donné plus de réalisme au dessin, et donc à l’histoire...

Éditeur : Glénat - Collection : Flesh & Bones – Genre : Horreur – Scénario : Christophe Bec – Dessin : Cyrille Ternon – Date de parution : 25 avril 2018 – 128 pages - Prix : 9,99 €

f t g m