Copyright 2019 - Site by Misterdan

Je vais rester de Lewis Trondheim et Hubert Chevillard

C’est l’été, Fabienne et Roland arrivent à Palavas pour une semaine de vacances. Il a tout organisé, réservé, payé et noté dans un carnet les moments importants du séjour. Un accident tragique survient alors qu’ils n’ont pas encore déposé leurs bagages à l’appartement... et elle se retrouve seule. Contre toute attente, elle décide de rester sur place et faire ce qui était prévu. Son hébétude et son déni laisseront-t-ils de la place à l’imprévu ?...

Ce récit est presque muet et présente énormément d’illustrations de scènes de plage qui sont très apaisantes. Et c’est nécessaire car dès le début ça commence fort. La surprise et la soudaineté de la perte de son ami stupéfie Fabienne autant que son lecteur. Dans cet état de stupéfaction, elle erre le long de la plage à la découverte des lieux et fait la rencontre d’un des habitants en particulier, qui s’intéresse à elle. Le récit est lent, silencieux, et pourtant plein de suspens. La simplicité de l’action qui se déroule sous nos yeux permet d’en donner une réalité toute particulière.

Je connaissais Lewis Trondheim pour ses récits de voyage intitulés Les petits riens de Lewis Trondheim, où il représentait ses personnages en homme à tête d’animaux et relatait son quotidien. Ici, rien à voir, même s’il s’agit encore de quotidien, le scénario est magistral, implacable et glaçant. C’est magnifique, on est vraiment happé par le récit et les images sont tellement réalistes que l’on imagine presque sentir le sel de la mer sur nos visages. J’ai adoré.

Éditeur : Rue de Sèvres – Scénario : Lewis Trondheim – Dessin : Hubert Chevillard – Date de parution : 2 mai 2018 – 125 pages – Prix : 18 €

f t g m