Copyright 2019 - Site by Misterdan

Le sculpteur de Scott McCloud

David Smith consacre sa vie à l'art – jusqu'à l'extrême. Grâce à un pacte avec le diable, le jeune artiste voit son rêve d'enfance réalisé : pouvoir sculpter tout ce qu'il souhaite, à mains nues. Mais ce pouvoir hors normes ne vient pas sans prix… il ne lui reste que 200 jours à vivre, pendant lesquels décider quoi créer d'inoubliable est loin d'être simple. D'autant que rencontrer l'amour de sa vie le 11e jour ne vient rien faciliter !

Cela fait déjà longtemps que cette œuvre a fait son petit bonhomme de chemin dans les librairies et chez les critiques littéraires en tous genres. En effet Le Sculpteur est initialement sorti en mars 2015 ! Mais le voici de nouveau publié par Rue de Sèvres avec, en introduction, un long entretien avec l’auteur d’une dizaine de pages. Pour ce type de bonus, je pense qu’il aurait mieux fallu le mettre à la fin mais soit.

On va commencer par l’aspect graphique de l’album qui est particulièrement efficace pour ne pas perturber et qui propose un maximum de confort visuel au lecteur qui va enchaîner les 500 pages d’affilée. En effet, Scott McCloud a choisi d’utiliser une palette assez restreinte de couleurs avec l’alliance des tons bleu et noir qui est une vraie réussite puisque cela donne plus de chaleur qu’un simple blanc et noir tout en se faisant l’économie d’une colorisation trop poussée. Il utilise aussi différents procédés comme des effets de flous pour illustrer les mouvements des personnages. De même, il choisit à chaque fois de manière précise le cadrage de ses dessins ainsi que la structure des cases et des pages pour décrire au mieux tout ce qui se passe dans la vie du jeune sculpteur.

Néanmoins, même si la manifestation des pouvoirs qu’il a développés est très réussie, je dois avouer que je suis un brin déçu par les sculptures qu’il va créer. Je trouve qu’elles ont manqué de fantaisie et de folie, ce qui remet un peu en question l’intérêt d’avoir contracté un contrat avec le diable et raccourcir de manière signifiante son espérance de vie. En tout cas, avec un peu de recul, ce manque d’audace et de créativité m’a un peu déçu.

Du haut de ses 500 pages, Scott McCloud réussit à s’en sortir de manière plutôt convaincante pour ce qui est du rythme et de la narration. Il y a, certes, quelques longueurs durant le récit, ou en tout cas je les ai perçues en tant que telles, mais les multiples rebondissements placés de manière stratégique tout au long du récit et la savante répartition entre les scènes « d’action » et celles plus posées où l’on se concentre davantage sur les personnalités et les émotions de chacun, motivent le lecteur à ne pas lâcher sa lecture jusqu’à qu’elle arrive à son terme. Ainsi, malgré une densité parfois trop importante, l’ennui ne se pointe jamais.

Le thème principal traité dans ce roman graphique est particulièrement intéressant et original. Scott McCloud a réussi à revisiter le mythe très célèbre de Faust en le transposant dans le milieu artistique moderne tout en empruntant de nombreux codes au genre super-héroïque que ce soit par l’implantation de l’histoire dans le cadre new-yorkais ainsi que bien évidemment la présence de pouvoirs extraordinaires et la mise en place d’un alter ego justicier masqué qui se livre à des excursions nocturnes.

Pour ce qui est des personnages, on découvre un éventail assez varié entre les amis de David et ceux de Meg. D’ailleurs, étrangement dans l’ensemble, c’est David que j’ai le moins apprécié. À force de ne chercher qu’à assouvir sa quête de gloire dans un intérêt franchement égoïste, quitte à faire ce pacte avec le diable en sacrifiant sa vie, on finit par accorder plus d’importance à ce que vivent les autres personnages bien plus séduisants et bienveillants que lui.

Finalement, même si je n’ai pas été complétement impressionné par l’œuvre, sa lecture en reste très plaisante et il est presque impossible de ne pas tomber sous le charme de Meg. N’ayez pas peur de son nombre de pages, Le Sculpteur de Scott McCloud se dévore à une vitesse folle !

Editeur : Rue de Sèvres - Scénario et dessins : Scott McCloud - Date de parution : 4 avril 2018 - 520 pages - Prix : 25 €

f t g m