Copyright 2019 - Site by Misterdan

Sacha et Tomcrouz - Tome 2 La cour du roi d’Anaïs Halard et Bastien Quignon

Je m’appelle Sacha Bazarec et je vis dans une maison remplie d’objets chinés. Pour mes dix ans, je rêvais d’un rat méga intelligent, mais j’ai reçu un chihuahua... c’est un chien et pourtant, il n’obéit à rien du tout ! Je l’ai appelé Tomcrouz, comme l’idole de ma maman. J’ai eu beau lui demander de ne pas mettre le boxon, je l’ai retrouvé, un matin, couvert de gelée incandescente. Depuis, il se produit un phénomène étrange et on se retrouve transportés dans des endroits bizarres, à travers le temps...

 Comme tous les ans, Sacha se rend au Breiz Manège. C’est ici que ses parents se sont rencontrés, et depuis la disparition de son père, c’est toujours une journée remplie d’émotions pour sa maman et lui.

Un concours de circonstances fait que Sacha retrouve Jade en compagnie de Taran. D’ailleurs, ce garçon l’énerve à se comporter comme un petit roi… Justement, c’est à la cour du roi Louis XIV que Sacha se retrouve, après que Tomcrouz ait éternué sur une cuillère du grand couvert royal !

Sacha et Tomcruz est une belle série qui mêle le fantastique à l’aventure. La particularité du chien donne lieu à des aventures rocambolesques, saupoudrées d’histoire et de sciences.
On apprend ainsi avec Sacha les rituels du dîner du roi, l’hygiène plus que douteuse et l’étiquette invraisemblable de la cour ! Tout cela avec un humour incisif sous le regard ébahi de Sacha.
Le duo garçon-chien fonctionne très bien, le chien gaffeur amène le garçon dans une escapade tumultueuse où les rencontres forgent petit à petit le caractère du jeune garçon. Il apprendra que son jeune âge n’est pas une excuse et que ses gestes peuvent avoir de lourdes conséquences.
L’absence du père semble être le fil conducteur de la série. Il est présent sans l’être physiquement, les autres personnages l’évoquant sans cesse et le côté scientifique de Sacha renvoyant au métier de son père.

L’album lui-même est un bel objet avec une couverture en relief et dorée. J’aime beaucoup les dessins, les couleurs utilisées sont douces, à la limite de l’aquarelle. Ce flouté donne une certaine profondeur et accentue le premier plan.
Deux pages s’intègrent dans le récit et offrent aux lecteurs une pause amusante : une fiche « Prends-en de la graine » et une fiche « Einstein ». Elles sont instructives et ludiques en offrant la possibilité de faire des expériences et ainsi apprendre en s’amusant.

Editeur : Soleil – Collection : Métamorphose – Scénario : Halard Anaïs – Dessin : Quignon Bastien – Date de parution : 3 octobre 2018 – 86 pages – Prix : 16,95 €

f t g m