Copyright 2019 - Site by Misterdan

Poussière – Tome 1 de Geoffroy Monde

Deux ans que Poussière et les habitants de la planète Alta combattent les Cyclopes. Deux ans que les Augures ramènent ces derniers à la vie après chaque bataille. Quand l’équilibre d’un écosystème repose sur une force qui le menace, quelle solution reste-t-il à l’humanité ?

Poussière et ses frère et sœur habitent Luce, une ville qui subit les assauts incessants des cyclopes. Cela fait maintenant deux ans que la vie est rythmée par ces attaques, par les morts et un total sentiment d’impuissance. Après tout, quand ils repoussent une vague d’assaillants, ce n’est que pour se préparer à faire face à la suivante.
Pourtant, certains pourraient avoir des réponses. Les Masus, personnes étranges qui se sont réfugiés dans les bois et ont un lien privilégiés avec la nature, semblent vouloir transmettre un message. Lequel ? Comment arrêter le massacre ?
D’un autre côté, il y a un homme en noir qui apparaît aléatoirement et que personne n’a jamais pu arrêter. Qui est-il ? Sa présence est-elle liée au changement de caractère des Cyclopes ?

Ce premier tome nous plonge directement dans le sujet. Il présente ce monde, sans l’expliquer, simplement par les images et les discussions. Si les premières pages ont une ambiance bonne enfant, une frayeur sourde plane malgré tout, jusqu’à ce que le combat reprenne.
Cette BD m’a fait un peu penser à L’Attaque des Titans. J’ai la même impression d’affrontements titanesques, de combats semblant perdus d’avance, avec de simples humains s’attaquant à des forces inébranlables à coup de canon, de voltige avec grappin... Ici, cependant, l’aspect fantastique est beaucoup plus poussé. Les Cyclopes sont des élémentaires et provoquent des catastrophes (tremblements de terre, raz de marée…), tandis que les hommes sont améliorés physiquement sans ajout technologique.
Côté dessin, on navigue entre plusieurs plans de réalité. Le premier est celui que tout le monde voit, assez réaliste. Le second est celui dans lequel évoluent d’autres formes et auxquels seuls les Augures et autres personnes plus sensibles ont accès. Celui-ci est beaucoup plus flou dans son aspect et les couleurs pastels. Cela donne un ensemble difficile à déterminer et où les contours sont abstraits.

Au fil des pages, Poussière ne cesse de surprendre et même en atteignant la fin du premier volume, le lecteur peut difficilement imaginer où Geoffroy Monde va l’emmener.

Editeur : Delcourt – Collection : Hors Collection – Scénario, dessin et couleur : Geoffroy Monde – Date de parution : 05 septembre 2018 – 64 pages – Prix : 15,50 €

f t g m