Copyright 2019 - Site by Misterdan

Les grands espaces de Catherine Meurisse

Catherine Meurisse a grandi à la campagne, entourée de pierres, d'arbres, et avec un chantier sous les yeux : celui de la ferme que ses parents rénovent, afin d'y habiter en famille. Une grande et vieille maison qui se transforme, des arbres à planter, un jardin à imaginer, la nature à observer : ainsi naît le goût de la création et germent les prémices d'un futur métier : dessinatrice. Avec humour et tendresse, l'auteure raconte le paradis de l'enfance, que la nature, l'art et la littérature, ses alliés de toujours, peuvent aider à conserver autant qu'à dépasser. Les Grands Espaces raconte le lieu d'une enfance et l'imaginaire qui s'y déploie, en toute liberté.

C’est au fin fond du Poitou, dans la campagne profonde, celle qui sent bon le foin et les vaches, que Catherine, sa soeur, son père et sa mère sont venus s'installer. La petite fille découvre la vie à la campagne, auprès de parents écolos avant la lettre. Ils ont acheté une bâtisse agricole en ruines avec un beau terrain autour et construisent leur nid. Amoureux des vieilles pierres, ils rénovent le bâtiment avec amour. Mais c’est surtout au jardin que leur goût des plantes et de la nature s’affirme : ils ont fait des dizaines de boutures rappelant leur ancienne vie, le rosier du grand-père maternel et les ancolies de la grand-mère paternelle, le cèdre qui a abrité l’enfance de sa mère, le hêtre celle de son père. Et puis celles récoltées un peu partout, avec toujours une référence littéraire : celle du rosier du château de Montaigne, celle du rosier du jardin de Marcel Proust, la bouture de figuier de l’Abbaye de Maillezais où Rabelais a séjourné. Les parents de Catherine sont férus de littérature et les petites filles connaissent tous les grands écrivains.
Elles découvrent aussi la campagne, les villages, les loisirs campagnards, les animaux, le vêlage, la cuisine du cochon, et sa mort... Mais aussi les grandes plaines de monoculture, les pesticides et engrais répandus en masse et tuant la terre. Ce contre quoi ses parents se battent en plantant un jardin, des fleurs, des haies. A travers leurs yeux d'enfant, on voit aussi l’évolution de la campagne, l’apparition de lotissements, de parcs de loisirs. Une visite au musée du Louvre ouvre l’esprit de la petite fille à l’art et à la représentation de la nature. Son avenir de dessinatrice se dessine sur les cahiers qu’elle crayonne sans arrêt, sans encore deviner que son trait qui rend si bien ce qu’elle voit est proche de la caricature.

J'ai totalement accroché avec ce superbe, et très fourni, album qui, avec douceur mais fermeté, nous conduit vers un message militant. De l'humour, beaucoup de poésie, une grande simplicité, tout est là pour nous faire passer un très bon moment de lecture au détour d'une enfance heureuse. Un album feel-good à déguster sans modération !

A noter que Les grands espaces est dans la sélection officielle du Festival d'Angoulême 2019.

Éditeur : Dargaud - Scénario et Dessin : Catherine Meurisse - Couleur : Isabelle Merlet - Date de parution : 21 septembre 2018 - 92 pages - Prix : 19,99 €.

f t g m