Copyright 2019 - Site by Misterdan

Nico et le coeur de Cronos de Edoardo Natalini

À la suite d'un disfonctionnement de leur vaisseau, les Cronocrooks, des petits humanoïdes au teint pâle venus d'un autre espace temps, se sont échoués au coeur des Terres du Nord, près du village de Jacktown. Depuis, le roi Olzon mène contre eux un combat sans relâche. Et on raconte que c'est au cours d'une attaque que le coeur de Cronos, le moteur du vaisseau sacré des Cronocrooks, aurait été irrémédiablement déterioré, créant des dommages dans le cours naturel du temps tout autour du vaisseau, et engendrant de terribles créatures de glace appelées Nauchts. C'est dans ce cadre que découvrons Nico, un jeune Crooks curieux et rêveur qui, en compagnie de son renard et d'une improbable équipe de vétérans, va se retrouver embarqué dans une fantastique aventure dans laquelle se jouera l'avenir de son peuple...

Nico est guetteur, mais il préfère s'adonner à son passe-temps favori la lecture, et se fait arrêter par les gardes car son comportement n'est vraiment pas "nys". Heureusement pour lui il est ami avec Shinn, le fils du Leader Sacré Stinter Trapp, le roi des Crooks, qui lui sauve la mise. Alors quand le jeune prince est enlevé par des humains à la solde de Maître Zéo, le fils du roi Olzon, c'est tout naturellement que Nico se met à la poursuite des assaillants, accompagné d'Ariu, son fidèle renard.

En chemin il rencontre une troupe de combattants qui va lui venir en aide et dont les membres sont aussi drôles que redoutables : la Brigade des Blaireaux et leur chef Léa, imprévisible à cause de ses sautes d’humeurs ! Et Léa, comme Nico, défend des valeurs que le jeune garçon connait bien : l'art, la culture, l'amitié.

Nico est un héros auquel on peut facilement s'identifier, ses réactions sont plus humaines que celles des hommes. Armé de son seul courage et convaincu que le dialogue peut tout résoudre, il trouve la force d'avancer et de faire bouger les choses.

Le dessin mêle habilement des références aux cartoons et aux mangas, ce qui donne un résultat surprenant mais particulièrement réussi, avec des couleurs dominantes qui varient selon l'angle de vue.

En fin d'ouvrage on retrouve des essais de dessin des personnages et des recherches pour l'illustration de couverture. Et comme d'habitude chez Akiléos celle-ci est magnifique, toilée et avec des très belles couleurs.

Cette BD jeunesse drôle, intelligente et touchante séduira tout autant les adultes tant elle est riche et porteuse de thèmatiques fortes. Comme l'était dans un autre registre Le prince et la couturière, couronné cette année à Angoulême du Fauve Jeunesse.

Editeur : Editions Akiléos – Scénario et Dessin : Edoardo Natalini – Traduction : Marie-Paule Garcia – Date de parution : 30 janvier 2019 - 124 pages – Prix : 19 €.

 

f t g m