Copyright 2019 - Site by Misterdan

La Trêve, chérie de Thomas Gosselin et Isao Moutte

Alors qu’une nouvelle antenne-relais est en construction aux abords de la ville, des morts inexpliquées se multiplient. La thèse de l’accident est rapidement écartée car auprès de chaque victime, est retrouvée une pierre parallélépipédique qui semble relier les affaires entre elles. S’il s’agit bien de meurtres, l’identité et la motivation de leurs auteurs (un tueur en série, des opposants fanatiques au projet d’antenne-relais ?) restent mystérieuses. Mais pour les autorités légales, il s’agit de rationaliser, de trouver des causes, de protéger l’industrie des télécommunications et de dénicher des coupables. Entre un mari énigmatique et en retrait et ses collègues lourdauds, la gendarme Loreleï Soares se fie à son instinct pour faire avancer l’enquête dont les premiers suspects sont un sanglier et un lynx. S’agirait-il d’une nouvelle étape dans la guerre ancestrale entre l’homme et la nature ?

Que peut faire la police lorsque des meurtres étranges et apparemment liés ont lieu dans une petite ville de campagne ? Que peut-elle réellement faire quand les seules traces ne mènent qu’au monde animal ? Est-il encore possible de mettre un terme à ces assassinats ? La guerre est-elle inévitable ?

Cette BD montre l’affrontement séculaire entre l’homme et la nature. Cependant, elle en offre une nouvelle vision où les animaux ne sont pas si. Cette fois, pas de raz-de-marée ou de tremblements de terre, mais bien la faune qui contre-attaque.
C’est un polar, mais pas seulement, car le fantastique vient aussi y ajouter son grain de sel. Chaque chose sur cette terre est vivante, consciente et peut prendre les armes. Pour ou contre l’humanité ? Cela ne dépend que de nous… ou plutôt de Loreleï. Grâce à son mari et à son ouverture d’esprit, elle comprend bien avant tout le monde les implications des meurtres. La question qui reste est de savoir si elle réussira à mettre fin à tout ça.
L’écologie, au même titre que la trame policière, est au cœur de l’album. Thomas Gosselin nous livre ainsi un récit puissant et perturbant. Il entraîne le lecteur dans un univers connu, mais où la réalité semble distordue par rapport à la nôtre. S’il ne s’agissait que d’un tueur en série normal, tout serait somme toute normal. Cependant, que faire lorsque chaque animal se retourne contre l’Homme ?
De son côté, Isao Moutte nous peint les scènes à grands traits. Les planches se révèlent dans un noir et blanc concis, autant que les détails. Les dessins sont plutôt bruts, mais aussi percutants que les évènements. Les cases s’enchaînent majestueusement pour dévoiler, presque timidement, les véritables enjeux de ces morts. Cette « timidité » renforce le rythme, comme s’il l’auteur n’arrivait pas lui-même à croire à ce qu’il montre.

La Trêve, Chérie est une BD très agréable à lire, avec un rythme décalé et une histoire inquiétante. Un nouveau regard sur la faune et l’écologie.

Éditeur : L’employé du moi – Scénario : Thomas Gosselin – Dessin : Isao Moutte – Date de parution : 19 février 2019 – 88 pages – Prix : 17,00 €

f t g m