Copyright 2019 - Site by Misterdan

Yuko de Ryoichi Ikegami

Huit adaptations en manga de romans de littérature dont la majorité a été écrite durant l’aire Taisho, autrement dit de 1912 à 1926, époque de la modernisation de la littérature et de la renaissance du métier de mangaka. La thématique principale de Yuko est l’amour sous forme de sacrifices ou de dévouement, le tout utilisé comme instrument de pouvoir jusqu’à une mort inéluctable.

Ryoichi Ikegami a sélectionné 13 textes issus de la littérature Japonaise du début du 20e siècle pour les adapter en mangas.
Cet ouvrage est une version remaniée de Nouvelles de Littérature Japonaise, paru en 1999 chez Tonkam, dans lequel trois des histoires ont été conservées, et auquelle s’ajoute d’autres récits inédits en France.

Deux des 13 textes :

Elle s’appelait Yuko : pour éponger des dettes de jeu, Murata oblige sa jeune amie à servir de modèle à un photographe adepte du bondage. Yuko finit pas accepter mais le couple n’y survivra pas.
Le serpent : qui est Ritsuko Sono, la jeune et jolie professeure d’Amemori ? Le tatouage de serpent aperçu sur sa cuisse le perturbe, et quand il croit le reconnaître sur une jeune femme qui a tourné des vidéos masochistes, il ne sait plus que penser.

Je ne connaissais pas particulièrement la littérature japonaise de cette époque, mais j’ai été subjuguée par la beauté du texte, et par la puissance évocatrice qui se dégage des dessins de Ryoichi Ikegami. L’érotisme de l’ouvrage est servi ici par une esthétique remarquable.
Le format plus grand qu’un manga ordinaire, la très belle présentation du volume avec une belle jacquette et un signet tissu, en font un ouvrage de collection.

Editeur : Delcourt – Collection : Tonkam seinen – Scénario et dessin : Ryoichi Ikegami – Date de parution : 4 janvier 2017 – Prix : 19,99 €.

f t g m