Copyright 2019 - Site by Misterdan

La femme au tableau réalisé par Simon Curtis

Lorsqu’il fait la connaissance de Maria Altmann, un jeune avocat de Los Angeles est loin de se douter de ce qui l’attend... Cette septuagénaire excentrique lui confie une mission des plus sidérantes : l’aider à récupérer l’un des plus célèbres tableaux de Gustav Klimt, exposé dans le plus grand musée d’Autriche, dont elle assure que celui-ci appartenait à sa famille ! D’abord sceptique, le jeune avocat se laisse convaincre par cette attachante vieille dame tandis que celle-ci lui raconte sa jeunesse tourmentée, l’invasion nazi, la spoliation des tableaux de sa famille, jusqu’à sa fuite aux Etats-Unis. Mais l’Autriche n’entend évidemment pas rendre la « Joconde autrichienne » à sa propriétaire légitime... Faute de recours, ils décident d’intenter un procès au gouvernement autrichien pour faire valoir leur droit et prendre une revanche sur l’Histoire.

La Femme au tableau est inspiré d'une histoire vraie, celle de Maria Altmann, interprétée par Helen Mirren, une juive rescapée de la shoah souhaitant récupérer les tableaux du peintre Gustav Klimt, notamment celui d'un portrait doré de sa propre tante Adèle, que sa famille possédait avant la guerre.
Au moment où le projet a commencé à voir le jour, Maria Altmann était décédée, mais son avocat, Schoenberg, était vivant et s'est donc beaucoup impliqué dans le processus de création. Son témoignage a d'ailleurs beaucoup aidé le scénariste du film, notamment pour tout ce qui concerne la partie juridique de l'affaire. Pour tout ce qui concerne la vie de Maria à Vienne, le scénariste a dû fournir un important travail d'investigation, que ce soit auprès de documents écrits ou d'interviews, afin de rendre compte au mieux de la vie de l'Autrichienne.
Bien que l'Autriche soit encore aujourd'hui traumatisée par une partie de son histoire récente et le fait de s'être laissée intégrer à l'Allemagne nazie, la production a été très bien accueillie par les Autrichiens qui ont estimé nécessaire de raconter cette part sombre de leur passé : "Nous avons reconstitué une page complexe de l’histoire culturelle de Vienne – autrement dit le débat pour savoir si ces peintures devaient être restituées à la famille ou rester dans leur musée. Pour couronner le tout, on a aussi reconstitué l’épisode le plus traumatisant de toute l’histoire du pays."

La Femme au tableau c’est l’histoire du pot de terre contre le pot de fer, une vieille dame entêtée mais sympathique, un jeune avocat un peu empoté, et surtout une fabuleuse histoire vraie ! Maria Altmann est d’abord une petite fille juive autrichienne, vivant dans un milieu riche et très cultivé. Des peintres, des musiciens, des écrivains sont des habitués de la maison, et c’est Gustav Klimt qui est choisi pour réaliser un portrait de sa tante Adèle, un chef d’oeuvre de sa période «or», connu sous le titre de «Portrait d’Adèle Bloch-Bauer I». Quand le nazisme se répand en Autriche, la maison est pillée et les toiles, les objets d’art, tout est emporté. Plusieurs toiles finissent par atterrir au Musée du Belvèdère, dont le fameux portrait qui en devient la pièce maitresse.
C’est au moment de la mort de sa soeur que Maria, émigrée aux Etats-Unis depuis soixante ans, se met en tête de récupérer ce tableau volé à sa famille par les nazis.
Le film met en scène d’une part la lutte de Maria et de son tout jeune avocat qui vont aller jusqu’à assigner l’Etat autrichien devant la justice, et d’autre part la jeunesse de Maria à Vienne, de son enfance auprès de sa tante, jusqu’à son mariage, puis sa fuite à l’étranger pendant l’occupation nazie. Et, à travers cette anecdote, le cinéaste explore la douleur de ces familles à qui ce vol d’oeuvres d’art est aussi le vol de l’histoire familiale et des souvenirs.

J’ai bien aimé La femme au tableau, la façon dont les deux périodes sont différenciées par des images désaturées pour la période ancienne, et de couleurs vives pour la période actuelle. Helen Mirren est une très grande actrice, et ce rôle lui va à merveille. Le seul regret c’est que ce film, tourné par et avec des américains, reste très .... américain .... Il aurait sans doute pu explorer plus les sentiments des personnages.
Mais il faut voir ce film pour ce qui est d’abord une passionnante leçon d’histoire, toujours d’actualité, car de il reste encore plus de 100 000 biens culturels volés par les nazis aux familles juives, et qui n’ont toujours pas été restitués.
Si vous l’avez manqué lors de sa sortie cet été sur les écrans, voici l’occasion de vous rattraper avec la sortie en DVD, Blu-ray et VOD.

Titre original : Woman in gold – Genre : Drame – Nationalité : Britannique, américaine – Durée : 1h50 – Avec : Helen Mirren, Ryan Reynolds, Daniel Bruhl, Katie Holmes et Charles Dance – Date de sortie en salle : 15 juillet 2015

bande annonce ici :

Date de sortie en Blu-ray, DVD et VOD : 18 novembre 2015 – Prix public conseillé DVD et Blu-ray : 19,99 €

f t g m