Copyright 2019 - Site by Misterdan

Vendredi 13 réalisé par Sean S. Cunningham

Vendredi 13 (en VO Friday the 13th), sorti en France le 11 février 1981, est le premier film d'une saga de 9 longs-métrages.

En 1957, un jeune garçon, prénommé Jason, meurt noyé au camp de Crystal Lake. L'année suivante, les deux responsables du camp sont tués. Crystal Lake ferme. Mais en 1980, Steve Christy décide de le rouvrir un vendredi 13, jour anniversaire des décès survenus vingt-trois ans auparavant. Lors de la préparation du camp pour son ouverture, les moniteurs du centre disparaissent les uns après les autres pendant la nuit…

Film d'horreur Américain écrit par Victor Miller, il résiste mal aux affres du temps : il provoque aujourd'hui plus d'hilarité que de peur. Mais, porté le succès de Halloween, La Nuit des Masques, même si très mal accueilli par la critique, il n'en reste pas moins un film culte*.

Vendredi 13 a un budget initial de 550 000 $. Il en rapporte 39,7 $ millions au box-office et devient ainsi l'un des films les plus rentable dans l'histoire du cinéma.

L'histoire se déroule un vendredi 13 (comme son titre l'indique). De plus, c'est un soir de pleine lune et l'anniversaire de Jason, l'enfant noyé en 1958 provoquant la malédiction sur Cristal Lake, lieu d'action (ou de boucherie selon les points de vue) du scénario. C'est beaucoup pour un même pitch. Mais, comme c'est un bon survial version old school, on connaît la motivation du tueur : la bonne vieille vengeance des familles.

A noter qu'Adrienne King, interprète d'Alice Hardy, l'héroïne survivante, n'a pas eu une carrière exceptionnelle alors que l'on reconnaît un grand acteur qui débute ici dans un petit rôle (Jack) : Kevin Bacon.

Avec Betsy Palmer, Kevin Bacon, Adrienne King - Date de sortie : 11 février 1981 - En DVD : 13 mars 2009 - En blu ray : 21 octobre 2009 - Titre original : Friday the 13th - Interdit aux moins de 16 ans  - Durée : 01h36min - Année de production : 1980.

* Un film culte est une appellation très subjective. Pourtant, on peut distinguer des faits offrant à un long-métrage ce statut : le rapport particulier qu’il entretient avec les spectateurs, l’aura qu’il a dans les articles qui lui sont consacrés, l’influence qu’il a eue sur le cinéma et les rumeurs qui l’entourent et qui touchent même les cinéphiles qui ne l’ont pas vu.

f t g m