Copyright 2019 - Site by Misterdan

L'Histoire d'Amour réalisé par Radu Mihaileanu

New-York, de nos jours, Léo, un vieux juif Polonais immigré, espiègle et drôle, vit dans le souvenir de "la femme la plus aimée au monde", le grand amour de sa vie. A l'autre bout de la ville, Alma, dans la fougue d’une adolescence pleine de passion, découvre l’amour pour la première fois. Rien ne semble lier Leo à Alma. Et pourtant... De la Pologne des années 30 à Central Park aujourd’hui, le manuscrit d'un livre, L’Histoire de l'Amour, va voyager à travers le temps et les continents pour unir leurs destinées.

Radu Mihaileanu, talentueux réalisateur habitué aux films militants tel que Va, Vis et Deviens ou le Concert, tout deux primés aux César , a décidé d’aborder pour la première fois le thème de l’amour absolu en adaptant au cinéma L’Histoire de l’Amour (livre de Nicole Krauss paru aux éditions Gallimard).

Deux histoires sont racontées. Celle du vieux Léo, seul juif habitant les quartiers chinois de New-York étant de prime abord exécrable mais exceptionnel dans le fond. Et celle d’Anna, jeune adolescente qui doit gérer une mère démissionnaire et un petit frère obsédé par la perspective de sauver le monde. De surcroît elle à peur d’aimer. Les deux destins sont liés alors qu’ils sont à l’opposés l’un de l’autre. Le montage du film qui court sur plusieurs époques, les différents lieux de tournage surprenants (tel que la Pologne, Chinatown et le Chili) auxquels vient se mêler une musique très symphonique, nous plonge dans une atmosphère tantôt triste et nostalgique tantôt pleine de joie. On passe du drame romantique à la comédie romantique. Du côté des acteurs, Dereck Jacobi (Gladiator réalisé par Ridley Scoot) est remarquable dans son exécution du vieux juif bourru et aigri par la vie tout en étant désopilant et attendrissant. Son jeu avec Elliot Gould (le père de Monica et Ross dans la série à succès Friends ou Reuben dans la trilogie des Océan’s), leurs mimiques et leurs gestuelles ajoutent au film une pointe d’humour proche de la vie réelle. Sophie Nelisse du haut de ses seize ans, n’a pas à rougir quand à son interprétation talentueuse de la jeune Alma fragile et forte à la fois. Gemma Arterton, qui elle est la seule du casting à jouer son personnage à différents âges, a su faire ressentir la force, la passion et l’honnêteté de « la femme la plus aimée au monde ». Malgré des flashbacks incessants qui peuvent devenir perturbants à cause de leur chronologie aléatoire, je me suis laissée séduire par le scénario, la musique et le jeu des acteurs que j’ai trouvée excellent. On en sort avec une sensation utopique que l’amour pourrait être une sorte de remède qui aide à survivre à tout. D’ailleurs, lors de sa projection en avant-première lors du 42e festival de Deauville, où le cinéaste lui même faisait partie des jurés, le film a été accueilli par une standing ovation.

Genre : Romance - Nationalité : Française - Date de sortie : 09 novembre 2016 - Durée : 2h14 - Avec Derek Jacobi, Sophie Nélisse et Gemma Arterton.

f t g m