Copyright 2019 - Site by Misterdan

Ghostland réalisé par Pascal Laugier

Grand vainqueur du Festival du Film Fantastique de Gérardmer 2018 (Grand Prix, Prix du Jury et Prix SyFy), Ghostland donne la sensation terrifiante de revivre nos cauchemars enfantins ... En pire.

Suite au décès de sa tante, Pauline et ses deux filles héritent d'une maison. Mais dès la première nuit, des meurtriers pénètrent dans la demeure et Pauline doit se battre pour sauver ses filles. Un drame qui va traumatiser toute la famille mais surtout affecter différemment chacune des jeunes filles dont les personnalités vont diverger davantage à la suite de cette nuit cauchemardesque.

Tandis que Beth devient une auteur renommée spécialisée dans la littérature horrifique, Vera s'enlise dans une paranoïa destructrice. Seize ans plus tard, la famille est à nouveau réunie dans la maison que Vera et Pauline n'ont jamais quittée. Des évènements étranges vont alors commencer à se produire…

Pascal Laugier, c'est le papa, entre autre, de Martyrs (2007 - ce film m'avait bien secouée) et de The Secret (2012 - exceptionnel jump final). Dans Ghostland, dont j'attendais énormément en terme d'ambiance, on se retrouve dans une toute petite ville Américaine, à l'intérieur d'une maison isolée : ça vous pose tout de suite un climat bien particulier ! Et pour le coup, l'atmophère est cauchemardesque et anxiogène : Pascal Laugier sait manier sa caméra pour terroriser le spectateur. Le métrage est particulièrement éprouvant pour les nerfs et aussi rude que Martyrs (le confinement est abominable).

Le scénario très émotionnel est aidé par une réalisation à la fois intelligente et violente : une horreur absolue, vicérale. Même pour moi, habituée du genre.

Genre : Epouvante-horreur - Nationalité : Française - Date de sortie : 14 mars 2018 - Durée : 1h31 - Avec Crystal Reed, Anastasia Phillips et Mylène Farmer - Distributeur : Mars Films - Interdit aux moins de 16 ans.

f t g m