Copyright 2019 - Site by Misterdan

Mon Premier Festival : bilan de la 14e édition

Pour sa 14e édition, Mon premier festival (festival de cinéma pour enfants de 18 mois à 12 ans) qui a eu lieu du 24 au 30 octobre à Paris, avait pour thème la musique et le cinéma.

Plus de 100 films ont été diffusés parmi lesquels des films cultes (Les Aristochats, Fantasia, Mon voisin Totoro, Harry Potter…), une trentaine de films musicaux (Grease, Interstella 5555, Chantons sous la pluie, Beetlejuice…), des films indiens (Salam Bombay, Sita chante le blues, La Forteresse…) et des films en avant première (Pachamama, Aïlo, Petits contes sous la neige…).

De nombreuses animations ont été proposées en marge des projections tout au long de la semaine : ciné-concerts, ciné-contes, ciné-danse, karaoké, atelier maquillage, atelier philo, quiz, goûter…

L’ambiance était assez variable d’un film à l’autre ou d’une salle à une autre. Zootopie, le jeudi 25 octobre au Cinéma des Cinéastes, a par exemple fait salle comble grâce aux nombreux groupes de centres de loisirs qui étaient venus assister à la projection. L’ambiance était survoltée. Le jeune public était déjà très excité dès la projection de la bande annonce de Mon premier festival. Il y a ensuite eu beaucoup de réactions durant la projection de Zootopie : rires, peurs, soupirs de soulagement pour terminer par un tonnerre d’applaudissements.

Fantasia le dimanche 28 octobre au Chaplin Denfert était beaucoup plus confidentiel. Moins d’une dizaine de familles étaient présentes. Le film long (2 heures) était difficile à supporter pour les jeunes enfants qui ont eu besoin pour beaucoup d’entre eux, de se lever et de bouger avant la fin. Même si les enfants étaient plutôt concentrés, ils ont tout de même aussi été assez bavards (beaucoup de commentaires chuchotés, de questions aux parents…) et parfois inquiets ou apeurés (un petit garçon a pleuré durant L’apprenti Sorcier, une famille est partie avant le dernier court-métrage...). L’absence de dialogue et l’iconographie des années 40 ont souvent laissé les jeunes spectateurs troublés. Malgré l’émerveillement, Fantasia s’est révélé difficile d’accès pour les plus jeunes.

Autre bémol du festival : les discours de présentation. 

Les présentations du festival qui sont faites juste avant les films ne sont clairement pas adaptés aux enfants parce qu’elles arrivent à un moment où les enfants ne sont pas disponibles (ils viennent voir un film et non entendre un discours). De plus, ces discours ont souvent été trop longs et trop techniques pour des enfants impatients de découvrir leur film. “Ca commence à me fatiguer” m’a dit ma fille de 5 ans lors d’un discours de présentation, c’est dire ! Peut-être faudrait-il réserver ces discours à la presse en conférence ou interviews... Et sensibiliser les enfants au festival à d’autres moments en utilisant un langage qu’ils comprennent bien : le jeu ! Si Mon premier festival est une belle initiative de la mairie de Paris pour permettre aux enfants de s'éveiller aux merveilles du cinéma, il n’en reste pas moins pensé et/ou animé par des adultes qui ne semblent pas vraiment connaître les besoins et intérêts des enfants d’aujourd’hui.

Une autre difficulté est de pouvoir assister aux séances dans des lieux qui sont parfois très éloignés les uns des autres (Louxor à Paris 18ème ou Chaplin Denfert dans le 14ème par exemple) . Cette organisation ne permet de pouvoir profiter pleinement du festival lorsqu’on doit inclure dans la séance, le temps de trajet d’une salle à l’autre avec de jeunes enfants.

Néanmoins, nous avons aimé re-découvrir nos films favoris : Mon voisin Totoro et Le Chant de la mer sur grand écran. Nous reviendrons pour sûr,  l’année prochaine car la programmation de ce festival jeune public est chaque année incroyable et mérite vraiment le détour !

f t g m