Copyright 2019 - Site by Misterdan

La couleur du lait écrit par Nell Leyshon

En cette année 1831, Mary, une jeune fille de quinze ans entame le tragique récit de sa courte existence: un père brutal, une mère insensible, en bref une banale vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset. Simple et franche, mais lucide et entêtée, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu'on l'a envoyée chez le pasteur Graham, pour servir et tenir compagnie à son épouse, une femme fragile et pleine de douceur. Avec elle, elle apprend la bienveillance. Avec lui, elle découvre les richesses de la lecture et de l'écriture... mais aussi l'obéissance, l'avilissement et l'humiliation. Finalement l'apprentissage prodigué ne lui servira qu'à écrire noir sur blanc sa fatale destinée. Et son implacable confession.

Premier roman de l’écrivaine Anglaise Nell Leyshon, La couleur du lait a rencontré un joli succès critique lors de sa parution en grand format, avec une écriture dans la lignée des grands romanciers anglais, tragiques et romanesques à la fois. La voix de la jeune héroïne résonne longtemps dans la tête du lecteur. Souhaitons que cette réédition en poche lui apporte le succès public qu’elle mérite !

Pour un premier roman, c’est un coup de maître qu’offre l’écrivaine anglaise Nell Leyshon avec ce court livre, qui saisit le lecteur pour ne plus le lâcher ! Dès les premières lignes, on est pris à la gorge par un sentiment d’inéluctable. Quelque chose de tragique est arrivé/va arriver, on le pressent, même si l’on ne réussit pas tout à fait à savoir quoi.

L’auteure mène alors le récit de main de maître, suivant le rythme des saisons, si fondamental dans la vie des paysans. Elle épouse la voix de la jeune Mary, elle en adopte la grammaire aléatoire et les formules à l’emporte-pièce.

Le roman est écrit à la première personne, sans majuscules, avec des phrases courtes et une ponctuation hasardeuse, si bien que le lecteur a immédiatement la sensation de réellement lire le journal d’une petite paysanne du 19e siècle : « ceci est mon livre et je l’écris de ma propre main. écrire prend du temps, il faut tracer chaque mot lettre par lettre sur la page et quand c’est fini il faut encore vérifier qu’ils sont bien choisis. et pourquoi. souvent une histoire se passe plus vite qu’il ne faut de temps pour l’écrire. pourtant je dois me hâter car il ne me reste pas beaucoup de temps. »

Admirable, touchante de naïveté et de générosité, obstinée et tendre, la jeune Mary marque profondément le lecteur, tant ce qui lui arrive semble une punition infligée par cette Angleterre puritaine et conservatrice à la petite paysanne qui ose rêver d’apprendre à lire et à écrire. Et la voix de l’adolescente résonne bien longtemps après avoir refermé ce court roman, empreint de tragédie et de poésie.

Éditeur : 10 / 18 - Collection : Domaine Étranger - Date de parution : 03 septembre 2015 - Prix : 6,60 €.

f t g m