Copyright 2019 - Site by Misterdan

La petite boulangerie du bout du monde écrit par Jenny Colgan

Quand son mariage et son entreprise se cassent la figure, Polly quitte Plymouth et trouve refuge dans un port tranquille des Cornouailles. Pour se remonter le moral, elle se consacre à son plaisir favori : fabriquer du pain. Alors qu'il n'y a plus dans le village qu'une boulangère irascible au pain sans saveur, les arômes de levain qui s'échappent de chez elle attirent très vite la curiosité et la sympathie des habitants. Petit à petit, d'échanges de services en petits bonheurs partagés, elle ravive l'esprit d'entraide et de partage dans le bourg. Au fil des rencontres farfelues (un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands) et au gré des événements heureux ou tragiques qui touchent la communauté, ce qui ne devait être qu'un simple break devient l'entreprise de sa vie. Polly se révèle enfin à elle-même : une femme déterminée et créative, prête à mordre dans l’existence comme dans une mie de pain chaude et croustillante.

Sur fond de crise économique, la petite boulangerie du bout du monde prône des valeurs de partage et d'entraide bien sympathiques ! L'héroïne, qui a tout de la pauvre-fille-larguée-paumée-et-exploitée au début évolue petit à petit, se découvrant des trésors d'inventivité et d'empathie qui la conduisent à faire revivre un village presque abandonné. Son énergie et sa drôlerie sont communicatives et l'on suit avec plaisir ses (més)aventures. Mine de rien et sans avoir l'air d'y toucher, Jenny Colgan réussit à aborder des sujets difficiles, mais sans jamais s'appesantir : la dureté et la dangerosité du métier de pêcheur, les ravages du chômage… Toutefois, le ton léger et bienveillant - finalement, il n'y a pas de vrai méchant là-dedans, souvent drôle et enlevé, sert le dessein de l'auteur : offrir à ses lecteurs une comédie romantique, parfois un peu mélancolique, où les tragédies ne manquent pas, mais où tout finit bien à la fin.

C'est réconfortant, comme l'odeur du bon pain frais et l'on a juste envie d’y croire ! Le rythme est trépidant et enchaîne les situations loufoques et les péripéties rocambolesques. On peut regretter cependant qu'il faiblisse un peu par moments et que le récit devienne plus conventionnel, mais l'ensemble reste une belle respiration qui fait du bien au moral, et célèbre des vertus en général trop délaissées : le partage, l’entraide, la communauté, l'attention aux autres, le respect de la nature…

Soulignons enfin que l'auteur a eu l'excellente idée d'inclure en fin de roman quelques recettes des pains évoqués tout au long du texte, et ma foi, on en a tellement l'eau à la bouche que j'ai hâte de les tester !

Éditeur : Pocket - Collection : Romans Étrangers - Date de parution : 07 janvier 2016 - Prix : 7,90 € - 512 pages.

f t g m