Copyright 2019 - Site by Misterdan

Le Nibelung - Tome 1 : Le Carnaval aux Corbeaux écrit par Anthelme Hauchecorne

Couverture

Ludwig grandit à Rabenheim, un petit bourg en apparence banal. Claquemuré dans sa chambre, il s’adonne au spiritisme. A l’aide d’une radio cabossée, il lance des appels vers l’au-delà, en vue de contacter son père disparu. Jusqu’à présent, nul ne lui a répondu. Avant ce curieux jour d’octobre. Hasard ? Coïncidence ? La veille de la Toussaint, une inquiétante fête foraine s’installe en ville. Ses propriétaires, Alberich, le nabot bavard, et Fritz Frost, le géant gelé, en savent long au sujet du garçon. Des épreuves attendent Ludwig. Elles seront le prix à payer pour découvrir l’héritage de son père. A la lisière du monde des esprits, l’adolescent hésite… Saura-t-il percer les mystères de l’Abracadabrantesque Carnaval ?

Le Carnaval aux corbeaux, premier tome de la saga Le Nibelung (le nain des légendes germaniques en allemand) est un ouvrage surprenant ! Non seulement l’histoire est construite et addictive mais en plus le livre en lui-même vaut le détour. En effet, lors de la prise en main du roman on remarque tout de suite l’effet jauni du papier et les nombreuses illustrations qui nous immergent complètement dans l’histoire. Autre petit plus, les quelques plumes noires glissées sous la couverture ; de quoi nous plonger immédiatement dans le grand bain.

Mais passons à l’histoire, elle est très riche, avec des connexions et références nombreuses et variées. Beaucoup de liens se font avec les mythes et légendes urbaines et l’auteur se sert de ceux-ci pour traiter de la difficulté existante dans l’apprentissage et le passage de l’enfance à l’âge adulte. A ce moment de la vie tout devient compliqué, effrayant et incompréhensible et c’est ce qui arrive ici à Ludwig et Gabriel. L’atmosphère développée par l’auteur est sombre et pesante, en parfait adéquation avec le texte. Nous trouvons ici un récit complexe qui laisse apparaître ne nombreuses intrigues qui nous tiennent en haleine d’un bout à l’autre du roman.

Même si le public visé est un public adolescent on prend, même une fois adulte, un très gros plaisir à lire ce roman. On ne s’ennuie pas un seul instant savourant les histoires sombres de notre enfance. De même on trouve ici une écriture fluide et recherchée, le vocabulaire n’est pas sacrifié au nom d’un jeune lectorat et l’on peut même retrouver un petit « lexique forain » en fin de roman, chose à mon avis très utile pour une meilleure compréhension de l’œuvre.

On frissonne à la lecture, on regarde sous notre lit à la recherche des monstres qui peuplaient notre enfance mais on adore ça ! C’est comme un bon Tim Burton, un peu effrayant mais impossible de ne pas apprécier, d’ailleurs vivement le tome 2 !

Editeur : Editions du chat Noir - Parution : 10 Février 2016 - Pages : 320 - Prix : 19,90€

f t g m